Sport

Rugby : en signant au Stade Français, le Decazevillois Joris Segonds réalise un "rêve de gamin"

Abonnés
  • L’ouvreur decazevillois évoluera en Top 14 la saison prochaine.
    L’ouvreur decazevillois évoluera en Top 14 la saison prochaine. DR -
Publié le / Modifié le S'abonner

À 22 ans, Joris Segonds vient de signer un contrat professionnel avec le Stade Français. Un temps annoncé au Racing 92, le Decazevillois, huitième meilleur réalisateur de Pro D2 avec Aurillac la saison passé, va goûter au haut niveau.

La presse vous annonçait au Racing 92. Finalement, vous avez signé au Stade Français.

J’ai eu une proposition du Racing 92, un contrat de quatre ans, comprenant une dernière saison à Aurillac. Le Stade Français me voulait tout de suite et me sollicitait pour un contrat de trois ans. C’est difficile de dire non à une telle formation qui fait partie des plus grosses écuries de Top 14.

Jouer dans ce championnat était votre objectif.

C’est un rêve de gamin que de jouer en Top 14. Cela était toujours dans mon esprit de viser toujours plus haut.

Vous avez rencontré le staff parisien (Fabrice Landreau et Dewald Senekal, les adjoints de Heyneke Meyer, le directeur sportif). Quel a été leur message ?

Cela a été très clair. Ils veulent que je sois prêt pour jouer dès le début du championnat (ndlr ; 24-25 août). Ils ne m’ont bien sûr pas assuré du temps de jeu dès le début, mais ils m’ont certifié que j’en aurai.

La sélection de l’Argentin Nicolas Sanchez pour la Coupe du monde (20 septembre-2 novembre) peut-elle y contribuer ?

Nous serons trois ouvreurs cette saison : Nicolas Sanchez, Jules Plisson et moi. Morné Steyn, qui était dans l’effectif cette année, retourne en Afrique du sud. Du coup, avec la sélection de Nicolas Sanchez pour les Pumas (surnom des joueurs argentins), Jules Plisson et moi devrions se partager le jeu. J’ai vraiment une carte à jouer. Ça met la pression mais je vais à Paris pour connaître ses sensations et saisir ma chance au plus haut niveau.

Estimez-vous qu’il existe une vraie différence de niveau entre la Pro D2 et le Top 14 ?

Sur certains aspects, je dirai oui. En termes d’impact, cela semble équivalent mais sur la densité physique et la vitesse, on est vraiment un ton au-dessus. Avec tous les internationaux qu’il y a dans notre championnat, on ne peut s’attendre qu’à une différence de niveau.

Côtoyer Maxime Petitjean, qui a joué dans ce championnat, vous a-t-il aidé ces dernières saisons ?

Maxime, c’est mon guide ! C’est une chance de le côtoyer tous les jours. Il m’a permis d’engranger de l’expérience et me donne sans cesse des conseils. Il sait ce qui est bon pour moi, il me connaît par cœur.

Après l’officialisation de votre transfert à Paris, quelle est la suite de votre programme ?

Je vais faire mes cartons, dire au revoir à mes copains aurillacois et m’installer à Paris. On débute la préparation le 1er juillet.

Un mot sur le Sporting club decazevillois (SCD), votre club de cœur

Je suis triste de cette relégation en Fédérale 3. J’y ai joué de 5 à 15 ans. Forcément, je suis très attaché au SCD. J’ai tous mes amis là-bas. Je suis descendu les voir cette saison. Je garde de super souvenirs des deux rencontres que j’ai pu faire en équipe une à Saint-Junien et face à Malemort, à Camille-Guibert. Pour un gamin de Decazeville, c’est toujours un rêve que de porter le maillot du club.

Propos recueillis par Philippe Cauffet
L'immobilier à Decazeville

117000 €

A VENDRE- Maison comprenant appartement T2 (35m2) en rez de chaussée + app[...]

59000 €

A VENDRE-Vallée du LOT, 100m de la rivière, maison de village avec grange, [...]

98160 €

Centre-ville de Decazeville, au troisième étage avec ascenseur.Très bel app[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir