Gastronomie

Le rosé moins présent sur les tables depuis le début des beaux jours

  • Les Français boudent le rosé depuis le printemps
    Les Français boudent le rosé depuis le printemps MarkSwallow / Istock.com - MarkSwallow / Istock.com
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(Relaxnews) - Alors que la couleur bachique représente plus du quart des ventes en grande distribution, les ventes ont reculé de 8,9% entre la mi-avril et la mi-juillet, rapportent les derniers chiffres publiés par le cabinet Nielsen. 

Les consommateurs ont-ils envie de se rafraîchir autrement qu'avec un verre de rosé ? Les ventes de bouteilles de rosé dans la grande distribution sont en recul de près de 10% par rapport à 2018 et même de 5% par rapport à 2017. Selon Nielsen, "la fraîcheur du mois de mai et la météo extrême du mois de juin (succession de vagues de froid et canicule, vent et pluie) ont pénalisé les ventes".

Pour rappel, la Coupe du monde de football avait permis de soutenir les ventes. Les vins de Provence sont les premiers touchés par cette désaffection, avec un recul de 19% des achats. Par comparaison, ceux du Languedoc-Roussillon ont diminué de 1%. 

Pourtant, l'été est bel et bien la saison du rosé, puisque 36% des ventes de la couleur sont réalisées à ce moment-là, à comparer au 18% du rayon de vins rouges. Sur l'année, à la mi-juillet 2019, les ventes de rosés restent toutefois positives, évaluées à +1,3%. 

Les Français ont dépensé 1,3 milliard d'euros en vins rosés auprès des grandes surfaces, soit 27,4% des ventes. 

Dans la dynamique de repli de la consommation de rosé depuis le début des beaux jours, les ventes de viandes et de saucisses pour préparer le barbecue se sont également repliées, de l'ordre de 12% entre la mi-avril et la mi-juillet, comparées à la même période en 2018. Les achats de chipolatas ont ainsi reculé de 15%, mais représentent toujours le rayon préféré des grillades en concentrant 29% des ventes, contre 22% pour les merguez et 13% pour les brochettes. 

Seules exceptions à cette tendance baissière : les saucisses de spécialités, notamment celles au porc fumé (+18%) et les chorizos (+63%).

Enfin, quand on compare les ventes de produits à griller réalisées dans les agglomérations de plus de 200.000 habitants, la ville de Valenciennes (Nord) s'impose comme la championne du barbecue, devant Le Havre et Montpellier. 

Relaxnews
Réagir