Agriculture

L'Aubrac récompense ses prairies fleuries

  • Le premier prix a été attribué à Bernard Prunières pour sa prairie située au bord de Nasbinals.
    Le premier prix a été attribué à Bernard Prunières pour sa prairie située au bord de Nasbinals. Repro CPA / Repro CPA
  • Maurice Boyer a reçu le prix spécial du jury.
    Maurice Boyer a reçu le prix spécial du jury. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Modifié le S'abonner
Le parc naturel régional de l'Aubrac a organisé un concours des pratiques agroécologiques. Le premier prix a été décerné à Bernard Prunières pour sa prairie de 3,5 ha située au bord de Nasbinals en Lozère.

L'objectif de ce concours est de sensibiliser les éleveurs à l'intérêt de maintenir la pratique de la fauche. Les prairies naturelles représentent un faible coût d’entretien : pas de labour ni de semis, sur prairie humide riche en matière organique, peu ou pas de fertilisation. Sur l’Aubrac, il arrive que les prés de fauche humides fournissent entre 30 et 50% du stock de foin utile à l’alimentation hivernale des troupeaux ! Par ailleurs, l’importante diversité floristique composée de 30 à près de 100 espèces de plantes dans les parcelles les plus hétérogènes, apporte une grande souplesse d’exploitation, et permet certaines années de retarder la date de fauche sans trop pénaliser la récolte.

Le premier prix a été décerné à Bernard Prunières, pour sa prairie de 3,5 ha située au bord du Nasbinals, entité paysagère à part entière entourée d’anciens près de fauche convertis au pâturage. Maurice Boyer a reçu un deuxième « prix spécial du jury » grâce à la tourbière de 4,5 ha qu’il continue à faucher en récoltant 4 à 5 tonnes de matière sèche à l’hectare, parfois seulement mi-août, limitant ainsi les risques d’un pâturage plus précoce sur un sol peu portant. Pour tous les atouts qu’elle représente, le jury a qualifié la parcelle de « joyau naturaliste », et a reconnu le mérite de l’éleveur à l’exploiter en tenant compte des aléas météo.

OLIVIER COURTIL
Voir les commentaires
Réagir