Sport

Jeux Olympiques : des Aveyronnais sur la route de Tokyo

  • Alexandre Bardenet fait partie des nombreux pensionnaires de l’Escrime Rodez Aveyron à pouvoir viser une place aux Jeux.
    Alexandre Bardenet fait partie des nombreux pensionnaires de l’Escrime Rodez Aveyron à pouvoir viser une place aux Jeux. Reproduction Centre Presse / / Reproduction Centre Presse
  • Lucas Tousart  pourrait aussi être de la partie.
    Lucas Tousart pourrait aussi être de la partie. Reproduction Centre Presse / / Reproduction Centre Presse
Publié le / Modifié le S'abonner

Plusieurs sportifs du département peuvent participer aux Jeux Olympiques de Tokyo (du 24 juillet au 9 août), plus grand rendez-vous de l’année. Tour d’horizon.

Ils devraient en être

Trop âgé pour évoluer avec les espoirs (U21), Lucas Tousart est néanmoins éligible pour une sélection avec l’équipe de France olympique (U23). Les Bleuets, qualifiés pour la première fois depuis 28 ans, ont obtenu leur billet l’été dernier, grâce à leur demi-finale lors de l’Euro espoirs. Capitaine lors du tournoi, le Rignacois apparaît comme l’un des hommes clés du sélectionneur Sylvain Ripoll et devrait être de l’aventure au Japon. Même s’il a désormais un concurrent de poids à son même poste, en la personne d’Eduardo Camavinga, révélation du début de saison en Ligue 1 avec Rennes.
En escrime, plusieurs épéistes du club ruthénois peuvent envisager un été olympique. C’est le cas d’Alexandre Bardenet. Régulièrement retenu en équipe de France, il faisait partie l’an dernier du quatuor champion du monde par équipe.
L’épéiste de 29 ans pourrait bénéficier de la réforme du système de qualification. « Huit équipes, les quatre meilleures au classement ainsi que la meilleure de quatre zones géographiques, sont retenues et engageront quatre tireurs dans le tableau individuel », explique Samuel Jau, entraîneur de l’Escrime Rodez Aveyron.
Alors que la France est actuellement en tête pour la qualification, le numéro 9 mondial peut envisager disputer le tournoi individuel. Et pourquoi pas candidater au podium, lui qui a décroché deux troisièmes places en coupe du monde en 2019.

Ils ont leurs chances

Les escrimeurs de l’Era pourraient débarquer en nombre à Tokyo. En plus d’Alexandre Bardenet, Aymerick Gally pourrait s’inviter dans la sélection, si les Bleus partent à quatre au Japon. « Il a déjà été retenu en équipe de France, avec qui il a décroché le bronze européen en 2018, et a signé une belle 8e place au prestigieux challenge SNCF réseau l’an dernier, avance Samuel Jau. Mais ce sera compliqué de piquer la place d’un des champions du monde par équipe. »
Deux autres pensionnaires du club ruthénois d’Escrime peuvent aussi rêver des anneaux. Il s’agit des Marocains Karim El Haouri, qui a participé aux Jeux de Londres, en 2012, et Zacharie Roger. « Leur nation est à la lutte pour terminer à la première place de sa zone géographique, précise Samuel Jau. Et ils sont des titulaires incontestables dans leur sélection. »

Ce sera compliqué

Déjà sélectionné à plusieurs reprises, le cycliste Alexandre Geniez semble désormais un peu loin de l’équipe de France. La faute à une année 2019 marquée par plus de pépins physiques que de victoires. Mais sur un parcours accidenté empruntant des pentes du mont Fuji, le Flavinois peut s’avérer un précieux allié pour Julian Alaphilippe, qui devrait être le chef de file des Bleus.
Médaillée d’argent en rugby à VII aux Jeux olympiques de la jeunesse de Buenos Aires, en 2018, Axelle Berthoumieu peut espérer poursuivre son rêve olympique. Mais il faudra d’abord que les Françaises obtiennent l’un des deux derniers billets en jeu lors d’un tournoi qualificatif qui aura lieu en juin. Et surtout que la joueuse originaire de Gages convainque son sélectionneur de la retenir.
Quant à la vététiste Marine Cabirou et à l’archère Aurélie Autret, qui ont brillé l’an dernier au niveau international, leur discipline de prédilection n’est pas au programme olympique.

Deux entraîneurs du département seront du voyage

Alors que la plupart des athlètes visent de bonnes performances dans les mois à venir pour obtenir leur billet vers les Jeux olympiques, deux Aveyronnais savent qu’ils feront déjà partie du voyage. Il s’agit de Samuel Jau (escrime) et Valérian Sauveplane (tir), membres du staff technique dans leur discipline.

Samuel Jau, entraîneur de l’Escrime Rodez Aveyron, s’apprête à vivre ses premiers Jeux en tant qu’armurier des équipes de France, un poste occupé précédemment par un autre Aveyronnais, Bruno Gares. " Il m’a fait rentrer dans l’effectif et je suis en place depuis le début de l’olympiade, il y a trois ans et demi, indique l’intéressé. Je vais m’occuper des trois armes pour les hommes et les femmes. Ce sera une très bonne expérience. "

L’ancien tireur à la carabine Valérian Sauveplane se rendra aussi à Tokyo. Après avoir participé aux Jeux de Pékin, Londres et Rio en tant que sportif, le Millavois se rendra au Japon dans la peau d’entraîneur national, chargé de préparer le matériel pour les athlètes handisport retenus en para-tir.

Guillaume Verdu
Voir les commentaires
L'immobilier à Millau

165 €

Centre de Millau - Place de parking dans une résidence - A LOUER, en centre[...]

210000 €

Dans un quartier calme et agréable, proche du centre ville, sur une parcell[...]

700 €

Résidence centre ville - appartement T4 - Appartement T4 situé en 3ième éta[...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir