Sport

Rugby : Lévézou Ségala Aveyron gagne sur la sirène

Abonnés
  • LSA s'est imposé 26 à 21 face à Villefranche-de-Lauragais
    LSA s'est imposé 26 à 21 face à Villefranche-de-Lauragais Centre Presse / Jean-Louis Bories / Centre Presse
Publié le / Modifié le S'abonner

Vainqueur à l’ultime minute 26 à 21 face à Villefranche-de-Lauragais, le Lévezou Ségala Aveyron a arraché ce dimanche 12 janvier un deuxième succès de la saison en Fédérale 2.

Les bras en l’air, le maillot souillé de boue, le visage marqué par le combat mais satisfait d’avoir enfin arraché une victoire à l’ultime minute.

On joue la 80e minute et les Ségalis ont jeté leur dernière force dans la bataille en usant de mauls pénétrants. Et l’envie de LSA a fait la différence. Mieux organisés dans cet exercice, les hommes d’Alexandre de Barros et Richard Pioch se sont effondrés en terres promises et ont signé ainsi un deuxième succès en championnat, le premier de l’année 2020.

13 à 0 à la demi heure de jeu

Une bouffée d’oxygène disaient certains au stade, d’autant plus que ce succès a été acquis sur un adversaire direct au maintien à en croire le staff villefranchois qui va avoir un calendrier très compliqué. Quoi qu’il en soit, à Lévézou, on a savouré l’instant. Le LSA se remet la tête à l’endroit avant d’aborder des échéances, toutes aussi importantes. Malgré tout, les Ségalis auraient pu éviter de se faire peur jusqu’à la fin.

Dominateur, malgré une bagarre générale au bout de neuf minutes de jeu qui a coûté aux deux formations l’expulsion des deux talonneurs, Lévézou a fait l’essentiel du jeu grâce notamment à un huit de devant courageux, plus déterminé
et surtout mieux organisés.

C’est à 14, donc, que LSA va confirmer sa domination par le pied de Miquel avant d’inscrire un essai plein de malice. Albouy, le long de la ligne de touche, a joué parfaitement un petit par-dessus pour permettre à son équipe de prendre le large. À 13 à 0 et une demi-heure de jeu dans les pattes, Villefranche-de-Lauragais se mettait, enfin, dans le rythme et recollait à trois petits points avant la pause.

Une victoire pour continuer à exister

Le second acte a commencé par des échanges de pénalités entre les deux formations. Aucune des deux équipes ne dominait. Quand soudain, Villefranche a pensé avoir éteint le stade Louis-Bernad définitivement. Un essai de filou qui voyait les visiteurs repasser devant et espérer une victoire sur un adversaire direct pour le maintien.

C’était sans compter sur le coeur local, celui qui a tant servi à Lévézou dans un passé récent et qui est ressorti du bois au bon moment de la saison lorsque la maison vert et jaune est en danger et qu’il va falloir « s’y filer » dès dimanche
prochain à Balma.

En attendant, LSA respire à nouveau et veut croire que l’année, en débutant ainsi, peut être celle du maintien. Mais ça, c’est reste une autre histoire…

PHILLIPE CAUFFET
Voir les commentaires
Réagir