Football : Aurélien Tertereau (Rodez) écope de deux matches de suspension dont un avec sursis

  • Vendredi dernier face à Châteauroux,  Aurélien Tertereau a été exclu pour « acte de brutalité », par l’arbitre M. Varela.
    Vendredi dernier face à Châteauroux, Aurélien Tertereau a été exclu pour « acte de brutalité », par l’arbitre M. Varela. Centre Presse Aveyron - Jean-Louis Bories
Publié le

La commission de discipline de la LFP a infligé deux matches de suspension dont un avec sursis au Ruthénois Aurélien Tertereau qui avait écopé d'un carton rouge vendredi dernier lors de la défaite du Raf (1-2) face à Châteauroux, lors de la 20e journée de Ligue 2.

Le milieu de terrain s'était rendu coupable d'un geste d'humeur sur Fofana alors que le match n'en était même pas à la demi-heure de jeu et que Rodez était déjà mené 1-0. Une action litigieuse, en bord de touche, lors de laquelle les deux joueurs avaient semblé assener un coup de coude. Fofana dans le feu de l'action (sanctionné lui seulement d'un carton jaune par l'arbitre M. Varela) et Tertereau  " dans un réflexe défensif" mettant " les deux mains devant son visage", a-t-il confié lundi à nos confrères de Radio Totem.

La commission a donc tranché. Et a semble-t-il entendu les arguments du clan ruthénois, en lui infligeant "seulement" deux matches dont un avec sursis. Sachant qu'il s'était déjà fait exclure (pour deux cartons jaunes cette fois) en début de saison face à Orléans (3-3). Surtout, et toujours selon les dires de l'ancien Manceau, "l'arbitre (avait) inscrit acte de brutalité sur son rapport". Lundi, le joueur, et donc son club, se réservait le droit de faire appel de la sanction selon sa sévérité. Ne manquant qu'un match, il n'y aura donc pas d'appel.

Pour rappel, Rodez doit affronter le Toulouse FC (Ligue 1) en amical et à huis clos, ce samedi (15 heures) au Stadium de Toulouse. Le Raf faisant ainsi son retour en championnat le vendredi suivant (20 heures), dans la capitale, face au Paris FC, sans Aurélien Tertereau donc. 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir