Rencontre avec Pierre Roux, directeur par intérim de l’Ehpad La Rossignole

  • Les coiffeuses manquent à tous, mais le personnel prend le relais !
    Les coiffeuses manquent à tous, mais le personnel prend le relais !
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Pierre Roux est loin d’être un inconnu dans le milieu médico-social, puisqu’il fait fonction de directeur associatif dans plusieurs Ehpad à Rodez, Clairvaux, Marcillac et Bozouls et depuis début février (sollicité par André Vie, le président de l’association gestionnaire), à La Rossignole.

Face à cette situation inédite, difficile et complexe, il nous a semblé important d’échanger avec lui et de rapporter les grandes lignes de cet entretien.

Cette mesure de confinement la plus stricte possible, est difficile au quotidien pour les résidents de La Rossignole comme pour ceux des autres Ehpad, car ils se retrouvent en configuration hospitalière : "En effet, la plupart des activités à visée sociale, préventive, récréative, sont ajournées afin de limiter le risque de propagation virale. Même si nous tentons de compenser au mieux cette limitation, nous assistons à un appauvrissement en termes de stimulation et de maintien des capacités relationnelles, physiques, sensorielles, cognitives et morales des résidents. Ce sont autant d’activités qui en temps normal, leur permettaient de conserver, voire d’améliorer leurs capacités. Cette réalité, certes temporaire, s’ajoute au manque de présence de leur famille, consécutif aux premières mesures de confinement, instaurées depuis le 11 mars dernier… " analyse Pierre Roux.

Une situation difficile à accepter

C’est une situation très difficile à accepter, tant pour les résidents, que pour les familles et le personnel qui fait face avec compétence, solidarité et engagement. "Nous sommes tous impactés. On fait face au mieux, conscients que la situation est extrêmement préoccupante. Pour autant, notre devoir est de rester solidaires, organisés et unis pour combattre ce fléau. Pour l’instant, nous faisons tout ce que nous pouvons pour que le virus n’entre pas chez nous. De plus, toutes les mesures sont prises par les salariés, pour faire barrage à son éventuelle propagation. De même, nous avons réorganisé le travail avec le personnel, afin de pouvoir soigner au mieux les résidents qui présenteraient un tableau clinique d’atteinte au Covid -19. Personne n’est à l’abri de ce virus, pas plus en établissement qu’à domicile, même si les exemples des Ehpad des Vosges ou de Paris peuvent choquer par le nombre de victimes... ".

Prise de conscience

Certes, le secteur "Personnes Âgées" a connu d’autres épisodes dramatiques, comme la canicule de 2003 ou certaines grippes saisonnières. Mais celui-ci, interroge encore à ce jour l’ensemble des spécialistes… "En attendant de mieux connaître le phénomène auquel nous nous confrontons et cela prendra quelques mois, il est essentiel de ne pas rajouter à la difficulté réelle que nous vivons tous, des a priori infondés. La seule réalité est que le virus est là, autour de nous et que nous devons lui faire face. Pour cela, la mesure de confinement est LA mesure de protection : la protection de chacun protège le collectif, comme le respect des règles collectives, protège les individus. Aucun antagonisme entre l’intérêt individuel et l’intérêt collectif donc… c’est cette prise de conscience qui doit s’opérer, même si le confinement est ‘contre nature’pour tout le monde ".

Et au-delà de la Rossignole, car cela vaut pour TOUS, il serait délétère de se laisser aller aux deux extrêmes que sont la panique ou le déni…

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

178000 €

Dans un secteur très prisè d'Onet le Château, parcelle de terrain à bâtir d[...]

275 €

Appartement de type 1 refait à neuf à proximité du lycée La Roque, commerce[...]

232 €

Situé à proximité des commerces et du Lycée Laroque, studio semi meublé com[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir