En val de Nauze : Calmont-de-Plancatge

  • Repro CP / / Repro CP
  • Repro CP / / Repro CP
  • Repro CP / / Repro CP
  • Repro CP / / Repro CP
  • Repro CP / / Repro CP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Proche de Rodez, Calmont-de-Plancatge, situé dans un cadre pittoresque et ravissant, est une merveille soigneusement préservée. Suivez le guide, la Fondation du patrimoine.

Quittant Rodez vers le sud, une grande ligne droite mène directement à La Primaube. Au carrefour de l’Étoile, il faut obliquer vers l’ouest et prendre la direction de Cassagnes-Bégonhès. Puis, prendre rapidement à droite vers le Piboul. Il faut suivre la ligne de crête dominant la vallée du Viaur ou se niche l’abbaye de Bonnecombe.

Les curieux passent non loin d’anciennes dépendances de cette abbaye cistercienne et distinguent, sur la gauche, l’ancienne grange monastique de La Fon, aujourd’hui occupée par une importante exploitation agricole, ainsi que le village de Magrin qui dépendit de l’abbaye jusqu’à la Révolution.

La route tourne ensuite sur la droite et s’incline brusquement. Derrière le plateau avec ses belles parcelles rectilignes de champs et de prairies, les curieux pénètrent dans un milieu plus naturel, parsemé d’arbres et de bosquets de chênes ou de châtaigniers.

Au carrefour de la croix d’Estribes, un panneau invite à prendre à droite la direction de Calmont. La route dévale dans la vallée, et au détour d’un virage, on aperçoit, sur le versant opposé, l’élégant étagement du village de Calmont-de-Plancatge. Sur un éperon rocheux, les ruines du château médiéval dominent et commandent toute la vallée, un formidable donjon surplombe les habitations s’étageant jusque sur les rives de la Nauze.

Un peu d’histoire

Calmont-de-Plancatge doit son nom à la famille des premiers seigneurs venus s’implanter en ce lieu, certainement pendant le haut Moyen Âge ; mais, suite à la destruction de la plupart des archives, aucune date ni chronologie ne peut être établi avec précision.

Ce fief passa ensuite entre les mains de la famille d’Arpajon, puissante et illustre famille baronniale apparentée à la première lignée des comtes de Rodez.

Ce sont les Arpajon qui vont édifier autour des années 1370-1380 l’imposant donjon que tout le monde peut admirer de nos jours. C’est une tour de défense unique en Rouergue. De plan carré, elle est flanquée de quatre tourelles aux angles. Bâtie en schiste local, pierre dure mais difficile à mettre en œuvre, elle illustre à merveille la parfaite maîtrise des maçons du Moyen Âge pour utiliser avec efficacité les matériaux locaux. Au milieu du XIXe siècle, elle fut sauvée de la démolition par la Société des lettres sciences et arts de l’Aveyron qui l’acquit pour la soustraire aux mains de démolisseurs.

L’église Saint-Jean Baptiste du XVe siècle jouxte les restes de l’enceinte du château. Son clocher domine majestueusement l’ancienne placeta (petite place, en occitan), occupant la partie haute de la basse-cour du château, délimitant un promontoire naturel favorable à la mise en défense du site.

Des travaux d’aménagement et d’embellisement

Le reste du village s’agglutine dans le faubourg représenté par la rue Longue et quelques rues perpendiculaires. De très belles maisons à pan de bois du XVe siècle ont été préservées et mises en valeur.

Calmont ne manque pas d’originalité. Le moulin de Saint-Sauveur utilisait le débit de La Nauze pour mettre en mouvement ses meules à grain. Pour bénéficier d’une chute d’eau suffisante, la prise d’eau du bief était située en amont du village, le moulin étant implanté en aval. Le canal empruntait la partie médiane de la rue Longue, principale artère du village.

Pour pouvoir circuler on la recouvrait totalement ou partiellement de pierres plates ou de planches (planca en occitan). C’est cette particularité qui a donné au village son appellation.

De nos jours, la mairie de Calmont-de-Plancatge, située à Calmont même, a entrepris des travaux d’aménagement et d’embellissement du village.

Des particuliers ont suivi le mouvement et restaurés avec soin plusieurs maisons, donnant au village un cachet unique. Ce magnifique écrin accueille, chaque année, un rendez-vous incontournable : la fête des plantes qui rassemble au mois de juin pépiniéristes, artisans et amateurs de jardins.

En suivant le cours de La Nauze, une agréable promenade champêtre mène jusqu’au hameau de La Verderie, où les plus avertis repéreront les restes d’un ancien prieuré : l’Hermitanie.

Depuis une dizaine d’années, l’association Le Plancatge œuvre pour répertorier, préserver et mettre en valeur le patrimoine de la commune de Calmont-de-Plancatge (villages de Calmont, de Ceignac, de Magrin et de Milhac).

Parmi les actions à mettre à son actif, on peut citer : la mise en valeur des œuvres à l’intérieur de la basilique de Ceignac, puis en collaboration avec la municipalité, la réalisation de panneaux informatifs à Ceignac et à Calmont, et depuis peu, elle a entrepris un inventaire des croix de la commune.

L’association s’emploie également à faire avancer la recherche historique sur les lieux, les personnages et les événements locaux de ce territoire.

Pour tout renseignement, consulter la page du site de l’Union sauvegarde du Rouergue : unionsauvegardedurouergue.fr

JDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Calmont

48000 €

Un peu de béton et vous voilà dans votre maison. . Le terrain constructible[...]

53000 €

Un peu de béton et vous voilà dans votre maison. . Le terrain constructible[...]

Toutes les annonces immobilières de Calmont
Réagir