Onet-le-Château: la barre d’effarouchement pour protéger l’avifaune qui niche au sol et les mammifères

  • Démonstration et conseils.
    Démonstration et conseils. Repro CP / / Repro CP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Ce lundi matin, sur la plaine Nostre Seigne, la Fédération des Chasseurs de l’Aveyron et le Syndicat Mixte du Bassin Versant Aveyron Amont (SMBV2A), en partenariat avec Rodez Agglomération, la ville d’Onet-le-Château et l’agricampus de La Roque, organisaient une démonstration de l’utilisation des barres d’effarouchement lors des opérations de fauchage.

La barre d’effarouchement est un outil agricole destiné à faire fuir les animaux avant le passage des engins de fauche.

Fixée à l’avant du tracteur la barre d’effarouchement fonctionne comme un peigne qui ratisse le sol avant le passage de la faucheuse. En effet, certaines espèces utilisent les mêmes stratégies de défense vis-à-vis des engins agricoles que celles utilisées face à un prédateur. Elles misent sur leur mimétisme et sur une parfaite immobilité. Cependant, si la stratégie peut s’avérer payante face à un renard, elle est vouée à l’échec face à une faucheuse. Aussi, l’utilisation d’un tel outil permet de limiter de façon importante les mortalités directes sur la faune sauvage, en particulier sur le lièvre, le faisan, les perdrix ou les jeunes chevreuils.

Aujourd’hui avec l’amélioration technique des engins agricoles, les fauches se font plus vite, parfois dans une uniformité de temps totale à l’échelle d’une région naturelle. Les tracteurs sont en effet de plus en plus rapides et les barres de fauches sont passées en quelques dizaines d’années de 3 m à 6 m voir 10 m de largeur. Autant dire que les possibilités de fuite des animaux à l’approche des engins sont minces. C’est pourquoi, depuis plusieurs années, la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Aveyron travaille de concert avec la profession agricole pour réduire l’impact des travaux de fauche sur l’avifaune qui niche au sol ainsi que sur les mammifères. Le premier groupe d’étude a permis de rassembler des agriculteurs des quatre coins du département et de les associer à quelques artisans pour fabriquer une première barre d’effarouchement adaptable sur l’avant des faucheuses. Après plusieurs études et essais, c’est donc le quatrième prototype étudié, qui était en démonstration aujourd’hui.

Mais chasseurs et agriculteurs rappellent aussi l’importance de ne pas pratiquer de fauche de l’extérieur vers l’intérieur de la parcelle. Cela tend à repousser les animaux vers le centre de la parcelle où ils sont finalement "cueillis" par la faucheuse. Aussi, une partie de la solution, réside dans la pratique de la fauche centrifuge ou en bandes qui permet à la faune d’échapper aux lames des machines.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

25 €

Parking extérieur n°32[...]

410 €

Onet le Château, dans collectif refait à neuf, appartement T1BIS composé d'[...]

640 €

LOCATION APPARTEMENT ONET LE CHATEAU SANS FRAIS D'AGENCEUn hall d'entrée av[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir