Bassin decazevillois : Il faut continuer à trier, mieux trier...

Abonnés
  • Le tri sélectif, c’est l’affaire de tous.
    Le tri sélectif, c’est l’affaire de tous. reporo cpa / reporo cpa
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L’été peut être propice à un certain laisser-aller dans la façon de gérer et trier les ordures ménagères et autres déchets. 

Le fait d’être en vacances autorise éventuellement, inconsciemment, certaines libertés et légèreté dans nos gestes : « ce n’est pas grave de mettre tout dans le sac noir pour une fois ou une semaine dans l’année ».
Pourtant, ce n’est pas le moment de baisser la garde. Les élus, responsables des déchetteries et autres gestionnaires de l’environnement vous le diront, « il faut se montrer de plus en plus éco responsable, faire preuve de rigueur dans tous les gestes quotidiens ».
Le territoire (les douze communes du Bassin et de la vallée du Lot) produit 239 € de déchets par habitant et par an, qui partent dans des sacs noirs.
Après une analyse affinée, ce montant pourrait être ramené à 67 kilos par an et par habitant, c’est-à-dire que 172 kilos de déchets par an et par habitant auraient pu être évités, notamment des emballages et des déchets organiques. C’est considérable. « Nos gestes ne sont pas anodins car la collecte et le traitement des ordures ont un impact économique environnemental et social. En effet, les produits que nous consommons nécessitent des ressources naturelles ou matières premières ainsi que de l’eau (qui devient de plus en plus rare et précieuse) et de l’énergie qui accompagnent tout le processus (extraction, transformation, transport, distribution) », ont rappelé dernièrement les élus communautaires.

Une loi pour la croissance verte

Certains citoyens se disent « on paie, donc ce n’est pas la peine de bien trier ». Il ne faut pas voir les choses sous cet angle, car mieux cela sera trié et géré, mieux la facture pourra être allégée ou du moins garder une certaine constance.
En 2019, la taxe générale sur les activités polluantes (déchets enfouis) s’est élevée à 17 € la tonne, elle sera de 30 € la tonne pour 2021. De plus, la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte (TECV) tend vers une économie circulaire (plutôt que linéaire) qui vise à limiter les gaspillages de ressources (alimentaire entre autres).
Elle définit notamment d’augmenter les quantités de déchets faisant l’objet d’une valorisation, notamment organique (biodéchets) ; d’étendre les consignes de tri à l’ensemble des emballages plastiques avant 2022.
Outre les particuliers, des efforts sont (ou seront) demandés également aux administrations, entreprises, commerces, artisans (notamment dans le cadre des filières à responsabilité élargie du producteur). Il faut donc rester vigilants, voir ce que l’on peut retirer des sacs noirs et comment diminuer les encombrants aux déchetteries, continuer plus que jamais d’aller aux récup’verres, aux bornes journaux et aux relais textiles (et chaussures). Et apprendre les quatre « R » : réduire, réutiliser, réparer, recycler (bricolage, compostage individuel, se rendre à Emmaüs ou autres associations caritatives par exemple).

 

D.L.
Voir les commentaires
Réagir