Aveyron : la population des sangliers en liberté (très) surveillée

Abonnés
  • Nicolas Cayssiols et Jean-Pierre Authier, directeur et président de la Fédération des chasseurs de l’Aveyron.
    Nicolas Cayssiols et Jean-Pierre Authier, directeur et président de la Fédération des chasseurs de l’Aveyron. C.C.
Publié le

La harde a pris ses aises durant les confinements, mais a diminué en un an en Aveyron sous la pression du nombre grandissant de battues : la Fédération départementale des chasseurs et ses sociétés maîtrisent mieux la situation.

A peu de chose près, 80 % des quelque 11 000 chasseurs aveyronnais, titulaires du permis national ou d’un permis départemental ont, au moins une fois dans l’année, participé à une battue au sanglier. C’est dire l’importance que revêt ce gibier dans un département où il occupe tout le territoire. Importance liée au nombre de ses individus, difficile à quantifier, comme aux dégâts qu’ils causent...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • ✓ Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • ✓ Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • ✓ Publicités limitées
Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?