Cyclisme : cap sur la Belgique puis le Rwanda pour l'Aveyronnais Alexandre Geniez

  • Alors que le calendrier français est bousculé par l'épidémie de Covid-19, Alexandre Geniez va poursuivre sa saison à l'étranger.
    Alors que le calendrier français est bousculé par l'épidémie de Covid-19, Alexandre Geniez va poursuivre sa saison à l'étranger. Reproduction Centre Presse - Reproduction Centre Presse
Publié le , mis à jour

L’Aveyronnais va prendre le départ de la Flèche brabançonne, mercredi 14 avril.

Toujours dans sa volonté de « retrouver le rythme de la compétition », après une année 2020 quasi blanche, Alexandre Geniez s’apprête à prendre le départ de la Flèche brabançonne, mercredi 14 avril. Sur les routes belges, le coureur originaire de Flavin aura pour ambition d’aider Anthony Turgis, le leader désigné de l’équipe Total Direct Energie, qui a obtenu de belles places d’honneur lors des classiques du printemps, avec notamment une 8e place au Tour des Flandres, dimanche 4 avril.
En ces temps rendus incertains par la pandémie de Covid-19, le coureur qui fêtera ses 33 ans la semaine prochaine a dû modifier son programme. Il avait en effet coché pour le mois d’avril le Tour du Jura et Paris-Camembert, mais ces courses ont été reportées. « On navigue à vue en ce moment, c’est dur de faire des plans sur le long terme, commente-t-il. Il faut se débrouiller pour répondre présent dès qu’on le peut. »

Le Tour de France est toujours un objectif

Alexandre Geniez a été confronté à cette situation dernièrement. L’Aveyronnais a appris qu’il participerait à la Roue tourangelle, dimanche 4 avril, seulement deux jours avant le départ, en raison de blessures dans son équipe. « On a fait une superbe course collective. Ce n’est pas le genre de parcours qui correspond le plus à mes qualités mais c’est comme cela que je peux retrouver le rythme », ajoute l’intéressé.
Après la Belgique, la suite de saison va se poursuivre à l’étranger pour Alexandre Geniez. Il prendra part pour la première fois au Tour du Rwanda, qui se déroulera du 2 au 9 mai. « Avec l’équipe, nous nous rendrons sur place une semaine plus tôt, afin de s’acclimater, car il va faire très chaud et tout se passe à plus de 2000 mètres d’altitude », précise-t-il. Le grimpeur pourrait trouver un terrain de jeu plus propice à ses qualités, sur des routes qu’il s’apprête à découvrir.
Avec toujours l’idée de retrouver du rythme, alors que son objectif majeur reste de participer au Tour de France. « Si je retrouve de bonnes jambes, des portes seront ouvertes. Mais il faudra que je fasse mes preuves, prévient-il. La sélection se fera en mai et juin. »

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?