Plus de six millions d’euros pour les collectivités

  • La commune de Salles-Curan  a été aidée.
    La commune de Salles-Curan a été aidée.
Publié le

L’État a alloué une enveloppe supplémentaire pour aider à la réalisation de projets faisant baisser les factures énergétiques. Cela doit aussi aider les entreprises qui vivent de la commande publique.

C’est une enveloppe supplémentaire non négligeable pour les collectivités. La préfète de l’Aveyron, Valérie Michel-Moreaux a officialisé, mercredi après-midi à Salles-Curan, l’attribution d’une enveloppe de 6,15 M€ à l’attention des communes et les intercommunalités du département dans le cadre du volet territorial du plan de relance. Une première enveloppe avait été débloquée, en 2020, à hauteur de 5,5 M€ pour soutenir 34 premiers projets. Cette fois, dans le cadre d’un appel à candidature qui a eu lieu en fin d’année dernière, ce sont 68 projets aveyronnais qui ont été retenus. Pour bénéficier de cette enveloppe de l’État, il fallait envisager de réaliser "des opérations structurantes sur le territoire et sur le quotidien des habitants, prioritairement en matière de transition écologique, de résilience sanitaire et de rénovation du patrimoine".

L’exemple de Salles-Curan

C’est le choix qu’a fait la commune de Salles-Curan, qui avait postulé pour la rénovation de sa salle des fêtes, qui date de 1973 et que l’on peut considérer comme une passoire thermique. " Nous avions ce projet pour le mandat, détaille Alexis Canitrot, quatrième adjoint de la commune et président de la communauté de communes Lévézou-Pareloup. Mais sans ce coup de pouce de l’État, qui prend en charge 49 % de la somme, nous n’aurions pas pu le faire dès cette année. " Le chantier, qui va coûter 485 000 €, dont 242 000 alloués dans le cadre du plan de relance va pouvoir démarrer sereinement, d’autant plus que d’autres collectivités, la communauté de communes en tête seront amenés à apporter une subvention supplémentaire. "Les études pour ce projet, qui doit participer à l’amélioration de la qualité de vie, mais qui s’inscrit aussi dans une réflexion globale de rénovation de nos bâtiments, datent de 2017, rappelle Maurice Combettes, le maire de la commune. Mais nous n’avions pas pu, financièrement, lancer le chantier dans les années suivantes." Ce chantier, prévoit notamment le remplacement de la chaufferie au fuel par du gaz et des aménagements normés pour s’insérer, dans les années à venir, dans le réseau de chaleur que veut créer la commune pour ses bâtiments publics. La rénovation doit également permettre de diminuer de 14 000 € la facture énergétique annuelle.

L’enveloppe globale allouée pour l’Aveyron est conséquente puisque les 6 M€ viennent en complément des 15 M€ annuels que l’état donne dans le cadre des fonds de dotation pour les collectivités locales. Un budget global " qui n’a pas prévu de baisser" selon la préfète. Un message qui ne manquera pas de rassurer les élus locaux.

La semaine dernière, lors d’une visioconférence avec Emmanuel Macron, Emmanuelle Gazel, la maire de Millau, a interpellé le Président sur les surcoûts liés aux centres de vaccination. Si ceux-ci sont gérés par l’Etat, ils sont installés dans des bâtiments communaux, et cela génère donc un coût. Plus de 50 000 € pour Millau, à titre d’exemple. La préfète, si elle ne peut pas s’engager pour le moment, a confirmé mercredi que le sujet était bien sur la table et qu’une réponse serait apportée dans les prochaines semaines.

Quelles aides pour les centres

RICHAUD Guilhem
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?