Football : Loïc Poujol (Rodez) " heureux de terminer dans le club de la ville où (il est) né "

  • Loïc Poujol aura passé cinq saisons avec Rodez.
    Loïc Poujol aura passé cinq saisons avec Rodez. CPA - JLB
Publié le

En fin de contrat avec le Rodez Aveyron football, le milieu de terrain ou défenseur aveyronnais de 32 ans, à qui l'on n'a pas proposé de prolongation, a mis fin à sa carrière. Une fin sereine éclaire-t-il.

" Je m'étais toujours dit en revenant à Rodez (en 2016, NDLR) que ce serait mon dernier club." Le ton est posé. La voix émue, mais sereine. À son image, tout en discrétion. Le club vient de l'annoncer pour lui ce lundi 17 mai : Loïc Poujol, le défenseur né à Rodez en 1989 et qui a notamment vécu des heures de gloires en Ligue 1 avec Sochaux, range définitivement ses crampons.

 

" Je ne pensais pas vivre autant de choses. Ce parcours du CFA à la L2, il est beau ! "

 

" Je m'étais fixé 33 ans, précise-t-il. Mais j'ai eu ces derniers temps quelques blessures (dont une récurrente à la hanche, NDLR) et je ne jouais plus beaucoup. Je ne me faisais donc pas trop d'illusions sur le fait que je ne sois pas conservé." Son contrat avec le Raf arrivant à terme en juin prochain, il n'a pas reçu de proposition pour prolonger. Pas de quoi néanmoins le rendre amer. Loin de là. " Quand je suis revenu ici (lassé du monde pro, pour retrouver le plaisir du jeu, lui qui est parti très jeune au centre de formation du FSCM, NDLR), je ne pensais pas vivre autant de choses. Ce parcours du CFA à la Ligue 2, il est beau ! Et je remercie tout le monde au club que tout cela ait été possible."

Place maintenant au repos pour le longiligne milieu ou défenseur aux 70 matches de Ligue 1. Lui qui n'a envisagé à aucun moment de continuer ailleurs. " Je suis heureux de terminer dans le club de la ville où je suis né", insiste celui qui fait actuellement construire une maison dans le secteur et dont l'apport dans les réussites récentes (dont deux montées quand même !) du club est pluriel et indéniable. "Franchement, je me laisse un peu de temps, répond-il encore quand on lui demande de quoi sera fait son futur. Depuis l'âge de 15 ans, je n'ai jamais connu des mois de juillet et août libres. Après l'été, on verra, on fera des choix." En tout cas, le monde du foot, sans y jouer, ne semble, pour l'heure, pas une des opportunités envisagées. " On me demande souvent si j'ai envie de coacher. Franchement, je ne me projette pas là-dessus. Quel métier quand même... Après, on verra."

Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?