Rugby : retour gagnant pour Cédric Landès sous le maillot de Decazeville

Abonnés
  • Le pilier de 40 ans a dépanné, dimanche, en raison d’absences en première ligne.
    Le pilier de 40 ans a dépanné, dimanche, en raison d’absences en première ligne. JLB
Publié le , mis à jour

Face à une pénurie de piliers, le joueur de 40 ans a été rappelé par les entraîneurs du club aveyronnais, dimanche 10 octobre, neuf ans après son dernier match avec l'équipe première du Sporting. Un retour gagnant, puisque Decazeville a battu Nontron (27-14).

Neuf ans ! Neuf ans que Cédric Landès n’avait pas descendu les trois marches menant sur la pelouse de Camille-Guibert avec le maillot de l’équipe première sur les épaules. Neuf ans qu’il avait quitté le club, son club, pour décrocher un titre de champion de France de 4e Série à Bagnac, avec son frère, Joël.

Il pensait finir tranquillement sa carrière en réserve et juste revivre l’ambiance d’un stade qui l’a consacré, avec son frère, comme les ambassadeurs des valeurs decazevilloises. Avant d’être rappelé, dimanche 10 octobre, pour affronter Nontron (27-14), alors que les entraîneurs se sont trouvés en panne de piliers.

"Je n'aurais jamais pensé que l'entraîneur ferait appel à moi"

Malgré ses 40 ans, Cédric Landès reste une valeur sûre dans le combat, un garçon qui va oublier la fatigue, les usures de l’âge, le temps d’une rencontre, pour rendre service, pour aider le club lorsque celui-ci à quelques problèmes d’effectif en première ligne. Et comme il n’est pas avare dans l’effort, Anthony Julian et Tim Bowker l’ont usé jusqu’à la corde en lui collant dans les pattes l’intégralité de la rencontre.

"Je le fais avec plaisir. Cette saison au Sporting, il y a un bon groupe, de bons mecs et je suis content de participer à tout cela, a précisé le revenant sans essoufflement apparent, après 80 minutes de lutte. Lorsque Anthony m’a proposé de jouer, je lui ai dit, en rigolant, que je n’étais pas disponible. Je n’aurais jamais pensé qu’il fasse appel à moi."

Performant en mêlée

Le naturel revient vite et Cédric, fallait-il en douter, n’a pas triché, lui qui a multiplié plaquages et départs ballon en main. Surtout, avec Théo Falgayrat et Bastien Pons, il a mis à mal la mêlée adverse, pénalisée à plusieurs reprises durant le premier acte.

Au sujet de sa performance, il est assez humble, pour ne pas dire qu’elle a été parfaite. Mais des tribunes aux gradins de Camille-Guibert, les aficionados decazevillois se sont vus revenir des années en arrière, durant lesquelles le jeune Cédric Landès, en compagnie de son frère Joël, cabossait tout ce qui se présentait devant lui.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

158000 €

Home Patrimoine vous propose une très belle maison de ville située à Decaze[...]

45250 €

Decazeville : quartier de la Vitarelle, Maison en pierre sur trois niveaux [...]

122900 €

DECAZEVILLE - Cette jolie maison de 1880 est implantée sur un terrain de 11[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?