Aveyron : Phot’Aubrac inaugure les drailles blanches de Lucie Bressy le 8 juillet

  • La Mongolie mise en lumière par Lucie Bressy.
    La Mongolie mise en lumière par Lucie Bressy. Repro CPA
Publié le

Rendez-vous est donné ce vendredi 8 juillet au jardin botanique d’Aubrac pour le vernissage.

C’est un voyage en Mongolie que propose l’exposition de Lucie Bressy intitulée "Drailles blanches" jusqu’au 30 septembre. Histoire de présenter ses œuvres et partager son récit, le vernissage aura lieu vendredi 8 juillet, à 18 heures, au jardin botanique d’Aubrac. Des steppes mongoles au paysage hivernal du plateau de l’Aubrac, Phot’Aubrac tisse un lien nouveau à travers cette exposition. Plus que rafraîchissante en cette saison, elle invite à l’essentiel. Vivre au contact de la nature. Comme furent les vies de nos ancêtres.

Réflexion sur notre place

Les photos de Lucie Bressy font œuvre de transmission qui dit sur son exposition : "Témoigner d’instants de vie, de grâce, d’équilibre, et du temps qui passe. Cette quête d’images me mène depuis plusieurs années vers des paysages d’une austérité rugueuse. Ces images sont un écho à mes valeurs. En tant que personne, femme ou mère. Puissent-elles vous questionner sur notre place dans un monde à l’évolution galopante." Des drailles blanches non encore souillées par les fausses images et la communication, comme un miroir de ce que l’on voudrait tant préserver. Un paradis perdu où la photographe sublime les êtres comme les paysages. Des troupeaux de yack qui font terriblement écho à nos aubracs…

Il y a la vie qui traverse, le monde qui mue trop vite. Sans repère ni boussole mais rude et beau comme l’est le plateau. C’est la quête des sens face à la perte d’essence. Comme voir une transhumance en territoire nomade qui se mérite dans le vrai froid. C’est alors être sur les traces de la vérité, ressentir la nature dont l’être dépend. "Travaille la terre, et l’or te viendra", dit un proverbe mongol que reprend à son compte Lucie Bressy. L’or n’est pas dans l’argent ni l’avoir mais bien dans le cœur que partage la photographe en invitant à emprunter ses drailles blanches. Des drailles qui cheminent pour attendre le festival qui se tiendra du 17 au 25 septembre dans diverses communes du plateau de l’Aubrac.

Olivier Courtil
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?