Occitanie : la sécheresse a grillé les cultures de maïs façon "pop-corn", de lourdes conséquences

  • Une production de maïs réduite de moitié dans certains départements, conséquence de la sécheresse.
    Une production de maïs réduite de moitié dans certains départements, conséquence de la sécheresse. Archives CP
Publié le

Ressource indispensable en France pour l'alimentation animale, mais victime durant cet été 2022 de plusieurs canicules, "la production de maïs est grain la plus faible depuis 1990", d'après l'Agreste. De plus de 25 % en moins en France par rapport à 2021, parfois plus de 50 % dans plusieurs départements, en Occitanie notamment. De quoi plomber un peu plus l'avenir des élevages déjà en délicatesse.
 

Trois épisodes de canicule en France, et une sécheresse "durable" durant une bonne partie de l'été, qui perdure encore en septembre : l'agriculture française est en souffrance. Selon France 3, la production de céréales estivales a baissé de 30 % en 2021.

Parmi ces céréales, le maïs. Trois millions d'hectares en France sont consacrés à cette culture, selon les chiffres récoltés par le maisculturedurable.com, dont entre 85 et 87 % des récoltes sont dédiées à l'alimentation animale. La moitié de cette surface est cultivée par les éleveurs eux-mêmes pour l'alimentation de leur élevage, et les deux-tiers de l'autre moitié est également destinée aux élevages, bovins, ovins, porcins ou volailles.

Mais ce que le site qualifie de "vraie sécurité alimentaire" pour les élevages est mis à mal cette année, avec les différents épisodes de canicule et une sécheresse qui s'est installée sur quasiment toute la France. Selon l'Agreste, la production de maïs grain 2022 (y compris semences) a reculé de 25,3 % sur un an en France, à 11,6 millions de tonnes.

L'alimentation des élevages en danger 

En production de maïs grain non-irrigué, certains départements ont perdu plus de la moitié de leur récolte de maïs. En Occitanie par exemple, le Gers en est - 66,7% de production par rapport à 2021, le Tarn-et-Garonne à - 55,7%, les Hautes-Pyrénées à - 51,5%, l'Ariège à - 50% et le Tarn à -47,1%. L'Aveyron lui a vu sa récolte réduite de 36,8%.

Si la production en maïs grain irrigué a vu logiquement une perte réduite cet été (entre 4,5 et 33,3 % dans les départements d'Occitanie), cette perte sèche d'alimentation pour le bétail va impacter plus profondément les éleveurs français, déjà contraints de puiser dans leurs stocks prévus pour l'hiver pour nourrir leur bétail. Une "fin de l'abondance", pour paraphraser un certain homme politique influent, qui pourrait avoir de lourdes conséquences dans tous les domaines. Jusqu'au fond du portefeuille des Français...

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Altair12 Il y a 2 mois Le 15/09/2022 à 09:02

Espérons que cette sècheresse ramènera les agriculteurs à un peu plus de réalisme et que l'Etat prendra enfin conscience que c'est une gabegie totale de subventionner largement ce genre de culture dite irriguée très gourmande en eau ! ! !