Aveyron : quand l’entrepreneuriat revendique sa part de féminité

Abonnés
  • Une réunion s’est tenueau Bowling à Rodez pour faire connaître l’association.
    Une réunion s’est tenueau Bowling à Rodez pour faire connaître l’association.
Publié le

L’association Femmes chefs d’entreprise en Aveyron sera officiellement créée le 17 novembre, à Rodez.

À quelque chose, malheur est bon", dit le proverbe. En ce sens, le Covid-19 n’a pas eu que du mauvais. "Il a fallu s’organiser pendant la pandémie. Nous avons proposé des plateaux-repas grâce à des restaurateurs et des producteurs pour répondre aux clients de la Chambre de commerce et d’industrie, de l’hôpital, de la RAGT, techniciens et commerciaux, etc. Nous avons également fait le choix du contre-pied en communiquant sur les réseaux avec légèreté", raconte Patricia Deltour, gérante de l’hôtel Deltour installé à Bourran, depuis 2006 à Rodez.

De ce lien tissé au départ par nécessité, cette femme de caractère a décidé d’aller encore plus loin, en fondant la délégation aveyronnaise de l’association nationale Femmes chefs d’entreprise (FCE). " La démarche est d’abord basée sur l’entraide et non le business pour sortir de l’isolement. Il y a un décalage dans la pratique entre les hommes qui sont axés sur le business et les femmes qui ont plus de sensibilité, plus d’affect, bien que cela soit à double tranchant ", poursuit Patricia Deltour qui est issue elle-même d’une famille d’entrepreneurs (lire ci-dessous).

"S’enrichir de l’autre"

" C’est important d’écouter, de partager, l’être humain n’est pas une machine, c’est le lien social. On est une grande famille, surtout en hôtellerie, comme je dis à mon équipe, je mets la main dans la confiture, on est là pour aider, apporter les clefs pour que ça fonctionne mieux, c’est le but visé à travers FCE pour s’enrichir de l’autre. " La délégation aveyronnaise sera officialisée le 17 novembre, à Rodez.

Un appel est lancé à toutes les femmes d’entreprises qui souhaitent découvrir et rejoindre le réseau. " Nous organisons une réunion mensuelle, il est possible d’assister jusqu’à deux réunions pour découvrir ce que nous faisons et proposons avant d’adhérer ", précise Patricia Deltour.

Le bureau de l’association est composé de Patricia Deltour et de Christine Foulon, coprésidentes, de Mathilde Taillefer et de Magali Vaissier, cosecrétaires, et de Séverine Falque et de Laurence Cozak, cotrésorières. " L’objectif est de rentrer dans les mandats patronaux. Il y a un équilibre à porter et une légitimité. Il faut arriver à jongler, c’est un état d’esprit, on apprend des autres, salariés comme clients, avec un management humain ", conclut Patricia Deltour.

Repères

1945, création de l’association Femmes chefs d’entreprise en France. Yvonne-Edmond Foinant est la première présidente, maître de forge, élue dans une Chambre de commerce, celle de Paris, en décembre 1945 puis en 1947 au comité directeur du CNPF devenu depuis le Mouvement des entreprises de France (Medef).

60 délégations locales.

Plus de 2000 membres.

120 pays représentés avec Femmes chefs d’entreprise monde (FCEM), soit 5 millions d’entreprises.

40 000 salariées représentées par l’association.

10 % de la gouvernance économique tenue par les femmes qui représentent 50 % de la population active, 55 % des diplômés, 80 % de la décision d’achat.

2001, le premier centre de ressources pour l’entrepreneuriat au féminin (Cref), né de la volonté du CFE, voit le jour à Montpellier pour créer des liens et encourager l’entreprenariat au féminin.

Calendrier

Chaque réunion débute par un pot d’accueil, de 19 heures à 19 h 30, puis présentation de l’association, suivi de l’intervenant, débat et repas.La prochaine réunion aura lieu le 15 décembre avec l’astrologue Béatrice Croizat, et la première assemblée générale se fera en janvier autour de la galette des reines.

Deltour, une grande famille

Mettre la main à la pâte, Patricia Deltour a toujours aimé le faire, elle qui préparait des gâteaux avec sa grand-mère en Lozère. Elle suit les traces de son père Roger, âgé de 83 ans, plâtrier, puis promoteur de maison individuelle pour finir par la création d’hôtels. Aujourd’hui, ils sont trois enfants Arnaud, Laurent et donc Patricia, à se partager le gâteau. "J’ai géré jusqu’à huit hôtels, c’était trop, Rodez c’est parfait. Mon père a toujours été dans la bienveillance et la sagesse, lui-même m’a conseillé de ralentir et ne pas être dans la course à l’échalote." Du goût de la cuisine ("trop de pression") à la gestion en hôtellerie, elle a connu diverses expériences dont l’une en œuvrant la nuit à l’aéroport de Bruxelles qui la conduit depuis, à l’hôtel Deltour situé rue de… Bruxelles.
Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Olivier Courtil
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?