En "Substances", le Millavois La Graine est en train de récolter ce qu'il a semé

Abonnés
  • La Graine : "Je touche un peu à tout et, au final, c’est de la "strange" hybride, mais qui se marie parfaitement".	DR
    La Graine : "Je touche un peu à tout et, au final, c’est de la "strange" hybride, mais qui se marie parfaitement". DR
Publié le

L’artiste de Millau devrait sortir son premier album dans quelques jours. En attendant, il a multiplié les scènes, notamment à Paris et aussi à Marseille.

Il s’occupe de lui. De sa carrière. Depuis cinq ans qu’il tergiverse, il n’a rien lâché. Ni micro, ni studio. En catimini, il revient sur le devant de la scène urbaine et des salles de concert. La Graine dévoile son actualité riche en dates et en sons. "J’ai terminé mon album. Je pense qu’il sortira en novembre. Il est en cours de mixage. Sur Paris, j’ai fait pas mal de concerts pour tester mes musiques et voir comment le public réagit. Ça se passe très bien. Des gens du milieu sont venus et m’ont ouvert des portes".

Celui qui avait cartonné grâce à sa collaboration avec le groupe de pop polonais Blue Café, et le titre "Talk to me now" en 2019, a décroché une participation au NRJ Music Tour, une série de concerts donnée par la radio française. C’était lundi 17 octobre à la Seine musicale de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine (92).

Tourné vers le métavers

"J’ai fait ensuite la première partie de Tarik (lire en encadré), vendredi 21 à Paris, puis le Palais des sports de Marseille, vendredi 28", détaille-t-il. Ce soir-là, où il s’est produit durant le Paranormal Festival, "on a tourné un clip. Morgan Nagoya (DJ et producteur français, NDLR) était là. Lors d’un festival à Lyon cet été, il a aimé une de mes musiques qui figurera sur l’album. On a fait un remix du morceau et on a tourné la vidéo. Dans l’équipe, il y avait également Damien qui travaille dans la prod des Avengers".

Pour les treize titres de son album intitulé "Substances", Sébastien Martin, de son vrai nom, a joué "la carte potes" que ce soit pour l’écriture ou la musique : "MADS (avec qui il avait sorti Sirius il y a un an, NDLR), Vip R (beatmaker), Alfred Bertin (qui avait sorti l’album "Ils rêvent d’amour" en 2020), Otta, qui a travaillé sur le dernier album de Slimane, mais aussi Dom". Toute une bande-son, plutôt qu’à l’écriture, contribuant au rêve du Millavois.

"J’avais déjà signé dans des maisons de disques, mais jamais sorti de projet. Toujours des singles parce que je ne me sentais pas assez mûr pour faire tout un album. Là, ça fait cinq ans que je travaille dessus au quotidien". Son genre ? La Graine le définit comme "un mélange de pop, urbain et électro. Là où j’ai mis du temps à trouver une originalité, c’était trouver ma couleur artistique. Qu’on me reconnaisse, peu importe le style. Du coup, je touche un peu à tout et au final, c’est de la "strange" hybride, mais qui se marie parfaitement".

Côté images, il reste dans une version futuriste comme celle qu’il a livrée dans "Cinéma" en avril dernier. "Je vais mettre en avant le côté réalité virtuelle, comme le métavers : ce côté où on n’arrive pas à faire la différence entre la réalité etle virtuel, où on peut se perdre dedans", confirme celui qui attend, impatiemment, la sortie de son album. D’autant que "c’est toute ma substance et mon énergie mises dans ces musiques. C’est mon amour, ma haine, ma rage et mon envie de réussir".

De tarik, de The voice, à stanley

Le vendredi 21 octobre, La Graine a assuré la première partie du concert de Tarik, candidat de l’émission sur TF1, The Voice, l’an dernier dans l’équipe de Marc Lavoine. Dans le 11e arrondissement de Paris, il a eu la charge « d’ambiancer » le café de la Danse acquis à l’univers slam, rap et hip-hop du jeune artiste de 22 ans qui poursuit ses études de kinésithérapie. Côté collaboration, le Millavois et Bayangi Boy, artiste camerounais et pseudonyme de Stanley Ebai Enow, pourraient relier leur univers. « Il a pas mal explosé. Il est parti en tournée aux États-Unis. On est entré en contact et fait un featuring qui, après Blue café, est un nouveau projet international qui va me créer des opportunités et m’ouvrir des festivals ». Ce titre devrait sortir bientôt, selon La Graine, « avec potentiellement un clip derrière, tourné au Cameroun, et toujours dans l’univers metavers ».
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Cyril Calsina
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?