"Je marche sur l’aube", un film sur l’Aubrac

  • La réalisatrice et les élèves de l’école publique.
    La réalisatrice et les élèves de l’école publique.
Publié le

La réalisatrice montpelliéraine Lou-Anna Reix, signe en Aubrac son premier moyen-métrage, "Je marche sur l’aube". Elle sera présente pour deux projections, rencontres et débats, ce samedi 3 décembre à 18 h 30 à la salle des fêtes de Laguiole et ce dimanche 4 décembre à 17 heures, au cinéma de Mur-de-Barrez. Rendez-vous gratuits et ouverts à tous à partir de 12 ans.

Synopsis

Octave, 21 ans et citadin depuis toujours, il prend la grande décision d’aller vivre sur l’Aubrac et de devenir apprenti fromager dans un buron. Il veut s’y rendre à pied, pour s’imprégner des lieux. Mais insensible à son environnement, incapable de voir la nature autour de lui, le jeune homme pourra peu à peu sentir la présence de l’Aubrac, qui semble vouloir lui rappeler qu’il n’est pas seul sur cette terre.

Ce film de fiction est l’aboutissement d’un projet de Coconstruction de contes avec plusieurs groupes d’habitants de l’Aubrac, usagers des médiathèques du territoire, élèves de l’école publique de Laguiole etc. "C’est tout le sens de ces résidences de territoire, faire venir des artistes de tous domaines ici sur l’Aubrac, provoquer des rencontres, accompagner ensemble des projets culturels et artistiques qui s’inspirent, à plein nez, des richesses de notre territoire. À travers le thème des imaginaires de l’eau. On met en valeur la beauté de notre nature, la sensibilité, mais a aussi le vivre ensemble, la terre d’accueil qu’est l’Aubrac", décrypte Laurent Joyeux, chargé de mission culture au Parc naturel régional de l’Aubrac.

"Lou-Anna a noué un vrai lien avec le territoire. Pour ce projet, elle a invité les habitants à projeter un regard décalé, poétique et mystique, sur les lacs et les rivières que l’on côtoie au quotidien", poursuit Agathe Souyri, chargée de lecture publique à la Communauté de communes Aubrac Carladez Viadène. " J’ai découvert l’Aubrac et j’en suis tombée amoureuse, vraiment", raconte la jeune réalisatrice. "Moi qui cherchais à quitter la ville, c’est ici que j’ai envie de m’installer. Pendant les six mois de cette résidence de territoire, j’ai été incroyablement bien accueillie par les gens d’ici, en particulier les agents de la Communauté de communes. Et pour une cinéaste, les paysages sont incroyables", ajoute-t-elle.

"Les imaginaires de l’eau" est une résidence de territoire portée par la Communauté de communes Aubrac Carladez Viadène dans le cadre du Contrat Territoire Lecture, avec le Parc de l’Aubrac et le soutien de la D.R.A.C Occitanie. L’association CinéMur accueille gracieusement la projection à Mur-de-Barrez. D’autres projections peuvent être programmées sur demande auprès de Laurent Joyeux au Parc de l’Aubrac, 05 65 48 19 11.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?