Aveyron : les entreprises invitent l’État à mieux connaître leur réalité

Abonnés
  • Ce mardi 29 novembre, dans l’enceinte de la CCI à Rodez, le préfet de l’Aveyron Charles Giusti a rencontré plusieurs chefs d’entreprise du département.
    Ce mardi 29 novembre, dans l’enceinte de la CCI à Rodez, le préfet de l’Aveyron Charles Giusti a rencontré plusieurs chefs d’entreprise du département. -
Publié le

Mardi 29 novembre, dans l’enceinte de la CCI à Rodez, le nouveau préfet de l’Aveyron Charles Giusti a rencontré des chefs d’entreprise afin de mieux cerner l’économique du département. Cette rencontre fut aussi l’occasion d’échanges pour exposer la situation des entreprises, secteur par secteur.

Face au nouveau préfet de l’Aveyron, Charles Giusti, une dizaine de chefs d’entreprise du secteur, dont certains représentants de leur filière (restauration, hydrogène, etc.) sont venus présenter les contours d’une situation économique bousculée par l’explosion du coût de l’énergie, la guerre Ukraine, la reprise de l’épidémie de Covid-19 dans certaines régions du monde, etc. Une situation exposée maintes fois par les responsables économique et politique du département.
Alors, dans une salle de réunion de la CCI à Rodez, où Dominique Costes, le président de la chambre consulaire, a reçu le représentant de l’État, cette rencontre fut l’occasion d’échanges nourris afin de permettre au préfet de mieux cerner la réalité économique aveyronnaise.


Une réalité qui permet au préfet de dire que « l’économie aveyronnaise est plutôt résiliente ». « L’intervention de l’État, en particulier durant la crise du Covid a été décisive, reprend Dominique Costes. Les entreprises qui sont autour de la table peuvent en témoigner. Mais plusieurs problématiques doivent encore être travaillées afin de pouvoir être le plus efficace possible pour nos entreprises. »
Celle qui a cristallisé les débats, en dehors du coût de l’énergie par exemple, reste la question bien connue des entreprises qui est celle du recrutement. Très régulièrement d’ailleurs, les responsables économiques alertent sur cet état de fait.
« Avec un chômage à 5,6 %, nous connaissons presque le plein-emploi, reprend le préfet. C’est un signe de bonne santé mais en même temps, il devient difficile pour certaines entreprises de trouver des candidats. » Et le représentant de l’État de lancer cet appel : « L’image de certains métiers doit absolument évoluer.

L’entreprise set également un ascenseur social que l’on doit valoriser. » « Si, l’on veut former, il faut aussi garder les jeunes sur notre territoire. C’est un autre défi. Notre objectif, à la fin de mon mandat, est toujours de former de 1 300 jeunes. Ce n’est pas un chiffre donné par hasard mais bien parce qu’il correspond à un besoin », rappelle Dominique Coste. Car, « si nous ne parvenons pas à trouver des candidats, cela signifie aussi une perte de compétence pour les entreprises », complète Patricia Fontanié, la directrice de la CCI. Ainsi, les entrepreneurs du jour et les représentants de la CCI sont tombés d’accord pour proposer au préfet des visites régulières, une fois par mois, « d’entreprises du territoire ».

En clair, les participants à cette réunion ont invité l’État et son représentant local à poursuivre son engagement au côté des entreprises, en le faisant, comme le souligne Dominique Costes, « au plus juste des réalités et des besoins ».
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?