Basket-ball : Dolapo Gaji, déjà comme chez lui à Rodez

Abonnés
  • Pour son premier match avec Rodez, samedi dernier, Dolapo Gaji a inscrit 21 des 84 points ruthénois contre Charpennes.
    Pour son premier match avec Rodez, samedi dernier, Dolapo Gaji a inscrit 21 des 84 points ruthénois contre Charpennes. CPA - Jean-Louis Bories
Publié le

Le Nigérian de 22 ans a fait ses débuts en sang et or samedi dernier. Et s’il a déjà fait une grosse impression par son entrée sur le parquet, celui que ses coéquipiers surnomment "Ola" a surtout trouvé un terrain de jeu.

"Honnêtement, c’est comme si j’étais là depuis deux ans", remarque Dolapo "Ola" Gaji. La recrue du Rodez basket Aveyron n’est sur le Piton que depuis quelques semaines, mais il semble déjà avoir trouvé sa place. "Contre Charpennes (samedi 3 décembre), si tu ne sais pas qu’il fait son premier match, tu penses qu’il joue avec nous depuis le début, confirme Matija Sagadin, l’entraîneur ruthénois. Il y a toujours des joueurs qui arrivent en cours de saison et qui ont besoin d’un temps d’intégration, lui, il est comme un poisson dans l’eau."

Du Nigeria à Toulouse, en passant par l’Ukraine

Il faut dire que le basketteur de 22 ans n’attendait qu’une chose : pouvoir rejouer. Lui qui a fui l’Ukraine à cause de la guerre, après trois ans sous le maillot de l’université de Kharkiv. A l’image de la route qui l’a mené à Rodez, Gaji a un parcours atypique. Il est né et a grandi à Lagos, au Nigeria. Le nouveau poste 4 du Piton a d’abord pratiqué le foot et l’athlétisme, avant de se mettre sérieusement au basket à l’âge de 16 ans. "Ça a toujours été mon rêve de jouer au basket, souligne-t-il. Mais j’étais limité au niveau des équipements, parce qu’au Nigéria c’est difficile. Puis j’ai rencontré un entraîneur, David, qui m’a dit que j’avais du potentiel et m’a poussé à aller plus loin." Gaji a été jusqu’à disputer le championnat de deuxième division nigérian, puis il s’est envolé pour l’Ukraine sur une proposition de son cousin, déjà là-bas. Quand les combats ont éclaté, le fan de Michael Jordan a rejoint son oncle installé à Toulouse.

C’est sur les terrains qui bordent le Stadium de la Ville rose qu’il a tapé dans l’œil d’un ami de Matija Sagadin. "Il m’a dit : "On a un joueur qui a du talent, est-ce que tu veux le voir ?" Je lui ai répondu que oui et la connexion s’est faite le 1er septembre", se souvient le technicien. Et ça s’est fait dans les deux sens. "Ça a été le coup de foudre, l’amour au premier regard, entre moi et Rodez", sourit Dolapo Gaji. S’il apprend le français en autodidacte avec les livres de la médiathèque, le basketteur n’a pas de mal à communiquer avec ses nouveaux coéquipiers en anglais. Un atout pour le collectif. "Les gars sont géniaux. Le premier jour où je les ai rencontrés en septembre, ils m’ont tout de suite expliqué le plan de jeu. Ils ont tout rendu plus facile, car même si je suis Nigérian et que je ne parle pas leur langue, je me sens comme à la maison ici."

Un ultime déplacement à Montélimar

Ce samedi soir (20 heures), Rodez (7e) a rendez-vous à Montélimar (8e) pour son dernier match de l’année civile. "On a fait le job sur ce qu’on avait ciblé, et si on peut encore prendre un match à l’extérieur avant la trêve, ce serait génial", souligne Matija Sagadin, l’entraîneur des sang et or. D’autant qu’ils sont sur quatre victoires d’affilée. "Montélimar est un peu dans la même dynamique que nous au classement, mais reste sur une défaite à l’extérieur. Donc on va jouer notre va-tout : on n’a rien à perdre et on va se servir de notre bonne forme."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Margot Pougenq
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme11542 Il y a 1 mois Le 09/12/2022 à 18:53

Welcome in Rodez Dolapo ! Enjoy