Football : "Déplacer tout un village dans ce stade, c’est fou", ce que la coupe d'Aveyron a changé pour eux

Abonnés
  • Philippe Gombert a soulevé le trophée trois fois, ici en 2008.
    Philippe Gombert a soulevé le trophée trois fois, ici en 2008.
  • L'actuel maire de Druelle, Patrick Gayrard, a inscrit un triplé lors de la finale 1984. L'actuel maire de Druelle, Patrick Gayrard, a inscrit un triplé lors de la finale 1984.
    L'actuel maire de Druelle, Patrick Gayrard, a inscrit un triplé lors de la finale 1984.
  • Daniel Romulus, c'est trois finales et deux titres, dont un en tant que coach de Vallon comme ici en 2016.
    Daniel Romulus, c'est trois finales et deux titres, dont un en tant que coach de Vallon comme ici en 2016.
Publié le , mis à jour
Mickaël Nicolas

Patrick Gayrard, Philippe Gombert, Daniel Romulus... Ils ont remporté la finale de la coupe de l'Aveyron à Paul-Lignon, une émotion qu'ils n'oublieront jamais.

Les célébrations avec les supporters, la haie d’honneur, la breloque et enfin la remise de la coupe par le président du District au capitaine vainqueur. De quoi faire hérisser les poils aux plus insensibles. Pour un moment de plénitude.

Patrick Gayrard : « Cela m’a attaché définitivement à la commune »

Comme celui vécu par l’actuel maire de Druelle, il y a presque 40 ans (1984), Patrick Gayrard, qui avait inscrit un triplé lors de la finale face à Drulhe (3-1) offrant la victoire aux Druellois. « J’ai eu un peu de chance. Je venais de rejoindre le club comme j’étais de Bel-Air, détaille-t-il. On ne s’en rend pas compte sur le moment, mais cela m’a attaché définitivement à la commune. Cette victoire avait fait connaître Druelle, nous n’étions qu’en Promotion de 1re division. C’était le début d’une évolution car, ensuite, nous avions gravi les échelons. »

Philippe Gombert : « Déplacer tout un village dans ce stade, c’est fou »

Des souvenirs plein la tête aussi pour Philippe Gombert, le Castonéto-Agentol, qui a disputé pas moins de cinq finales pour trois titres ! Deux duels, joués à Vabre à l’époque, avec Onet (1990, 91), puis trois avec Agen-d’Aveyron (2006, 08, 14). Et pas moins de 24 années passées entre la première et la dernière ! « Chaque année, quand tu es éliminé de la coupe, la saison n’a plus la même saveur. Jouer à Paul-Lignon peut être impressionnant. Ce sont des moments magiques… Déplacer tout un village dans ce stade, c’est fou. Quand tu arrives enfin à la remporter, tu te dis que ça y est, tu l’as fait. C’est énorme. En ce qui me concerne, ce qui est incroyable, c’est la différence d’époque entre les deux premières et la dernière », raconte celui qui a soulevé son dernier trophée à 44 ans devant 3 500 spectateurs. Une vraie performance.

Daniel Romulus : « Des souvenirs gravés à vie »

Daniel Romulus, c’est trois finales et deux titres : un en tant que capitaine et l’autre comme entraîneur. « C’est le Graal, tout le monde en rêve, avance-t-il sans retenue. C’est valorisant de remporter cette coupe. Je l’avais perdue avec Olemps (1994) contre Espalion en ayant marqué un but contre son camp avant de la décrocher avec Le Monastère en 2001 (contre Villefranche II, 1-0). La gagner a annulé ma déception de la défaite précédente », se souvient l’actuel président de l’association du Raf. Il doublera la mise en 2016 mais en tant que coach de Vallon justement face à Olemps. « Même si j’étais l’entraîneur de Vallon, j’étais le plus olempien des 3 000 personnes présentes. Ce ne sont pas les mêmes joies, c’est tellement beau. Ces moments-là sont magiques, ils te laissent des souvenirs gravés à vie. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?