Basket-ball : Leïla Lacan, un destin pas si imprévisible pour l'internationale française ruthénoise

Abonnés
  • De haut en bas et de gauche à droite, Leïla Lacan (n° 8) avec Eugénie Ferrand (n° 9), Tess Desangles (n° 14) et Nicolas Flottes, en 2017.
    De haut en bas et de gauche à droite, Leïla Lacan (n° 8) avec Eugénie Ferrand (n° 9), Tess Desangles (n° 14) et Nicolas Flottes, en 2017. Repro CP - Repro CP
Publié le , mis à jour

Jeudi et vendredi, la Ruthénoise Leïla Lacan participait à ses deux premiers matches avec l’équipe de France senior en compétition officielle, pour deux victoires. Et ce, à seulement 19 ans. Loin d’être une surprise pour ses ex-entraîneurs et coéquipières.

Si jeune et déjà si haut. Alors qu’elle n’a même pas passé la vingtaine, Leïla Lacan nage déjà en plein rêve. Un rêve bleu. Celui de faire partie des douze filles sélectionnées par le staff tricolore pour participer au championnat d’Europe féminin, en Slovénie. Et d’être, de loin, la plus jeune joueuse du groupe (19 ans pour elle contre presque 22 pour Janelle Salaun, la deuxième benjamine).

"Dans son regard, il y avait quelque chose de différent"

Une ascension fulgurante pour la gamine de Rodez, qui poursuit aujourd’hui sa route du côté d’Angers, en première division nationale. Mais qui ne surprend pas grand monde. Et surtout pas ceux qui la côtoient depuis son plus jeune âge sur les parquets aveyronnais. "Dans son regard, il y avait quelque chose de différent par rapport aux autres. Elle puait le basket", raconte, non sans nostalgie, Nicolas Flottes, entraîneur de l’Élan Aveyron, qui a eu Leïla Lacan sous son aile sur le Piton, alors qu’elle n’avait que "10 ou 11 ans". En sachant que déjà à l’époque, celle-ci avait une, voire plusieurs, longueur d’avance sur les filles de son âge : "Elle était tout le temps surclassée. Quand elle était en U11, elle jouait avec les U13, quand elle était en U13, elle jouait avec les U15. Et elle était leader de ces équipes-là, alors qu’elle avait deux ans de moins !" Un constat partagé par ses coéquipières de l’époque. "Quand on la voyait jouer, c’était autre chose que nous. Toute l’équipe se reposait sur elle", se rappelle Eugénie Ferrand, qui a notamment évolué à ses côtés à Rodez et Baraqueville. Son entraîneur au pôle espoir de Toulouse, Guillaume Cormont, qu’elle a eu entre ses 13 et 15 ans, précisant, de son côté, qu’il la faisait alors s’entraîner avec le collectif Nationale 1 de Colomiers et jouer en N3. Le tout à seulement 14 ans.

Elle se casse le bras droit… et s’entraîne de la main gauche

Une précocité qui s’expliquerait par une détermination sans pareille depuis son plus jeune âge. Nicolas Flottes se souvient : "Un jour, elle se casse le bras droit quand elle est en 5e, et le mardi d’après, je la vois à l’entraînement. Je lui dis : “Mais qu’est-ce que tu fais là ?”. Et elle me répond : “Je viens shooter main gauche” (rires). C’est le genre d’attitude qui ne trompe pas." Il faut dire qu’à ce moment-là, la petite Lacan voit déjà loin. Très loin. "Je me souviens d’un entretien quand elle avait 13 ans et demi lors duquel je lui ai demandé quel était son projet. Elle m’a répondu : “Paris 2024”. Chez certaines, on pourrait prendre ça pour de l’arrogance. Chez elle, j’ai considéré que c’était un niveau de détermination élevé", narre Guillaume Cormont.

"C’est comme si c’était écrit"

Tous ces aspects cumulés font que ce n’est pas tant une surprise de voir aujourd’hui Lacan dans le groupe tricolore. "C’est un peu comme si c’était écrit. À l’époque, on se disait à chaque fois que plus tard on verrait Leïla en équipe de France. Et elle y est arrivée", se réjouit son amie et ex-colocataire de chambre en sélection aveyronnaise de jeunes, Tess Desangles. "Elle a eu une progression linéaire, elle mérite tout ce qui lui arrive. C’est une immense joie de la voir en équipe de France. Je suis comme un gamin devant ma télé", commente de son côté Fred Le Dall, son entraîneur en U13 à Rodez. Et vu comment se déroule la compétition des Bleues pour l’instant, quelques matches de Lacan l’attende encore ces prochains jours. Pour son plus grand plaisir, ainsi que celui des amateurs de basket aveyronnais.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

99000 €

HYPERCENTRE RODEZ - Venez découvrir cet appartement de type 4 de 77 m² divi[...]

119000 €

Au troisième étage d'une copropriété située à 5 minutes de l'hyper centre. [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?