Aveyron : c'est quoi une boîte à feu, ce cadeau précieux des lycéens de Decazeville aux pompiers ?

Abonnés
  • Les enseignants et étudiants devant la boîte à feu qui vient d’être terminée.
    Les enseignants et étudiants devant la boîte à feu qui vient d’être terminée. DR
  • Une grue de 35 tonnes et un convoi exceptionnel ont été nécessaires pour déplacer la boîte à feu de plus de tonnes.
    Une grue de 35 tonnes et un convoi exceptionnel ont été nécessaires pour déplacer la boîte à feu de plus de tonnes.
Publié le
Centre Presse Aveyron

Suite à une commande du Sdis 12, les étudiants de l’atelier de chaudronnerie du lycée La Découverte ont vécu une aventure industrielle et humaine peu ordinaire.

Au courant des compétences du lycée decazevillois via le centre de secours du Bassin et soucieux de réaliser des économies, le Sdis de l’Aveyron a proposé aux enseignants de confectionner "une boîte à feu" qui permet d’entraîner les pompiers devant intervenir au milieu des flammes et des fumées.

Le projet consistait à transformer un container maritime en boîte à feu fonctionnelle. Pour se faire, les élèves de CRCI (BTS en chaudronnerie) y ont travaillé dessus durant les deux ans de leur cursus scolaire.

Au début de leur première année d’études, ils ont pris part à un exercice réel à Rodez, une expérience peu banale. Puis les enseignants ont relevé les attentes des sapeurs pompiers et établi un cahier des charges dans le but de délivrer l’outil pédagogique de formation incendie souhaité.

Un projet de A à Z

La commande a été terminée fin juin, avec une livraison dans la foulée. Il a fallu faire intervenir une grue de 35 tonnes pour soulever le container et l’emmener à Rodez en convoi exceptionnel.

Afin de délivrer le produit le plus adéquat possible – compartiments adaptés, pose de renforts, installation d’un mécanisme qui gère la hauteur de fumée-, les élèves chaudronniers ont inclus plusieurs tonnes d’acier.

"Si on y ajoute le poids du container au départ, on dépasse les 9 tonnes. Treize jeunes ont participé au projet en formation initiale. Et quatre apprentis CFA ont travaillé sur un système optionnel de traitement des fumées extraites", rapporte l’enseignant Samuel Gomez, qui intervient en atelier, au même titre que Laurent Mouly et Christophe Leclerc. Quant à Patrick Alleguède et à Stéphane Longueville, ils ont suivi les étudiants au bureau d’études et des méthodes, assistés par ordinateur.

Entre 300 et 800°C

Lors des exercices, les pompiers qui interviennent dans la boîte à feu sont soumis à de fortes chaleurs, 300°C en bas et 800°C en haut du caisson, commandées par le mécanisme des fumées.

Ainsi, les hommes du feu sont au plus près des réalités qu’ils rencontrent lorsqu’ils interviennent dans des habitations et autres bâtiments en feu.

Une fois de plus, l’atelier chaudronnerie du lycée la Découverte à Decazeville a montré son savoir-faire et fait preuve de réactivité.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

188000 €

À VENDRE-immeuble de rapport comprenant bel appartement de 96 m² situé en r[...]

81500 €

Maison d'habitation d'une surface de 100 m² sur un terrain arboré de 1200 m[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?