Le restaurant Le Montespan à Paris, une affaire de famille

Abonnés
  • Isabelle et Philippe Franc sont désormais à la tête du Montespan.
    Isabelle et Philippe Franc sont désormais à la tête du Montespan. Emmanuel Pons
Publié le
A Paris, Emmanuel Pons

Tenu pendant quarante ans par Henri et Colette Malige, aidés de leur fils et du frère de cette dernière, le restaurant Le Montespan, à Paris, a été repris il a quelques années par leur fille Isabelle et son mari Philippe.

S’il n’est plus à la tête du Montespan depuis le 1er janvier 2017, quand il a pris sa retraite – bien méritée – à près de 74 ans, Henri Malige est "celui qui vous parlera le mieux du Montespan", assure sa fille Isabelle, qui a repris les rênes du restaurant, avec son mari, Philippe Franc.

Installé dans le XVIe arrondissement de la capitale, dans la très chic rue de la Pompe, bordée d’immeubles bourgeois, l’établissement, créé en 1934 par M. et Mme Chastanier, originaire de Corrèze, a été repris par Henri Malige le 1er janvier 1977, se souvient précisément ce dernier qui, à 80 ans, garde l’esprit vif et la mémoire intacte.

Il se remémore ainsi le parcours de son grand-père lozérien, Baptiste, qui avait déjà une affaire parisienne, vendue pour rentrer au pays afin d’y acheter une petite ferme pour chacune de ses trois filles, dont Mathilde, la mère d’Henri.

Monté à Paris à quinze ans

Et c’est le chemin inverse que fera ce dernier, monté à la capitale à quinze ans, pour y rejoindre son frère qui tient un commerce de vins à emporter. "Je faisais des livraisons en ville, avec un triporteur à main. J’y suis resté deux ans puis j’ai commencé dans un bar, rue Lamark, au pied de la butte Montmartre et j’ai terminé dans le quartier latin, rue des Écoles", avant de reprendre le Montespan.

En face du bar, le "mur des habitués" du Montespan.
En face du bar, le "mur des habitués" du Montespan. Emmanuel Pons

"C’était une petite affaire, au début. Avec l’autorisation des propriétaires des murs de l’époque, on a pu agrandir et créer une arrière-salle. On avait beaucoup de profs du lycée voisin Janson-de-Sailly. Puis les logements du quartier ont été transformés en locaux professionnels et on a servi de plus en plus de professions libérales, des avocats, des médecins… Une clientèle très agréable, beaucoup d’habitués, se souvient l’Aveyronnais, installé aujourd’hui à Lacalm. Avec mon épouse, Colette, on a vécu quarante ans de bonheur, à Paris."

Colette, rencontrée en 1966, lors des fameuses soirées qui rassemblaient les Auvergnats, dans le salon Vianey à Paris, et épousée en 1967. Serge, leur premier enfant, naîtra l’année suivante et viendra travailler au Montespan, dès 1983, alors que Gérard, le beau-frère d’Henri, fait déjà partie de l’équipe. Et c’est en 1970 qu’Isabelle verra le jour, elle qui est aujourd’hui derrière le comptoir du Montespan – soixante couverts plus douze en terrasse – , avec son mari Philippe, à la suite de ses parents.

Une vraie affaire de famille.

Le Montespan, 87, rue Pompe, Paris (XVIe) - Tél. : 01 47 27 84 48
Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?