L'historien Jean-Michel Cosson sur les traces du chef de la Gestapo de Rodez

  • Fienemann avec son épouse, vers les années 70, en Allemagne. Que les crimes passés semblent loins et absents sur cette photo de réception prise dans leur atelier d’artistes.
    Fienemann avec son épouse, vers les années 70, en Allemagne. Que les crimes passés semblent loins et absents sur cette photo de réception prise dans leur atelier d’artistes. Repro CP
Publié le , mis à jour

Inédit. Surnommé le Grand Luc, Arthur Fienemann s’était reconverti en artiste peintre sans jamais dévoiler son passé. Au terme d’une patiente enquête, l’historien ruthénois Jean-Michel Cosson nous livre en exclusivité le fruit de ses recherches sur l’ancien chef de la Gestapo, «police secrète» allemande sous l’Occupation, tortionnaire qui se livrait aux crimes de guerre dans son QG de la rue Grandet...

L’historien est souvent habité par les événements et les personnages qu’il rencontre au gré de ses recherches. Plus encore quand des questions demeurent sans réponse. Je savais tout le poids des crimes de guerre d’Arthur Fienemann à Rodez; son regard glacial sous le masque d’un artiste; son cynisme de tortionnaire; son ordre d’exécuter les résistants à Sainte-Radegonde; sa fuite en essayant d’effacer toute trace; sa condamnation à Toulouse en 1951 à vingt ans d’emprisonnement.

Ces faits seuls semblaient nous suffire et nous affranchissaient de connaître ce qu’il fut avant et ce qu’il avait été après. Comment s’était-il forgé au nazisme ? Et plus encore, comment s’était-il reconstruit après avoir purgé sa peine? Peut-on d’ailleurs se reconstruire après tant de crimes ? Avait-il rejoint un foyer, une famille ? Avait-il repris un travail ? Avait-il exprimé le moindre remords? Avait-il caché son passé nazi pour reprendre une vie tranquille? Autant de questions que je me posais sans apporter de véritables réponses. Jusqu’au jour où un coin du voile s’est enfin levé et le masque qui cachait le vrai visage de Fienemann enfin déchiré. 

Retrouvez en exclusivité l'intégralité de l'enquête de Jean-Michel Cosson dans l'édition Centre Presse du 27 octobre 2014. 

Jean-Michle Cosson
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

389 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- Appartement avec terrasse p[...]

276 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE -Grand studio en centre vill[...]

330 €

Ce studio,idéal pour étudiant vous propose: Une entrée avec placard Une piè[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?