Huit Français sur dix ne croient pas à l'inversion de la courbe du chômage

  • Huit Français sur dix ne croient pas à l'inversion de la courbe du chômage
    Huit Français sur dix ne croient pas à l'inversion de la courbe du chômage
Publié le

Huit Français sur dix (82%) ne croient pas que la courbe du chômage va s'inverser et si cette inversion devait se produire dans les mois à venir, cela n'améliorerait pas l'opinion de trois-quarts d'entre eux à l'égard de François Hollande, selon un sondage Odoxa publié vendredi. Alain Juppé et Emmanuel Macron arrivent quant à eux en tête des personnalités qui, selon les personnes interrogées, feraient "plutôt mieux" que l'actuel chef de l'Etat dans ce domaine.

Seuls 17% des Français pensent que la baisse du nombre de chômeurs enregistrée en septembre "annonce l'inversion de la courbe du chômage promise depuis longtemps par François Hollande". Si 93% des proches de la droite ne s'attendent pas à l'inversion de la courbe, c'est aussi le cas de 61% des sympathisants de gauche, selon cette enquête pour France Info.

Alain Juppé ferait "plutôt mieux" que François Hollande

Par ailleurs, "si le chômage venait à baisser régulièrement au cours des mois à venir", cela n'inciterait pas 77% des personnes interrogées à améliorer leur jugement à l'égard de François Hollande, contre 23% d'un avis contraire. Sur cette question toutefois, une majorité de sympathisants de gauche (54%) aurait une meilleure image du président de la République, contre 7% seulement des proches de la droite.

Alain Juppé arrive en tête des personnalités qui, selon les personnes interrogées, feraient "plutôt mieux" que François Hollande contre le chômage, avec 35% de réponses positives, mais pour 17% il ferait "plutôt moins bien" et pour 47% "ni mieux ni moins bien". L'ex-Premier ministre devance Emmanuel Macron (31% "plutôt mieux", 19% "plutôt moins bien"), Marine Le Pen (25% "plutôt mieux", 37% "plutôt moins bien") et Nicolas Sarkozy (21% "plutôt mieux", 33% "plutôt moins bien"). Enquête réalisée en ligne les 26 et 27 octobre auprès de 983 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4% à 3,1%.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?