Et maintenant,la bataille du zonage en piémont

  • Germain Albouy (JA), Laurent Saint-Affre et Dominique Fayel (FDSEA) ont présenté les enjeux de cette mobilisation.
    Germain Albouy (JA), Laurent Saint-Affre et Dominique Fayel (FDSEA) ont présenté les enjeux de cette mobilisation. PH.R
Publié le , mis à jour

Agriculture. Après la bataille des zones vulnérables, les agriculteurs se lancent désormais dans la bataille des zones en piémont. 

L’union européenne a exigé une harmonisation des zonages, le ministère de l’Agriculture s’est mis au travail et a publié (voir notre édition de mercredi) une carte qui, pour ce qui concerne l’Aveyron, exclurait jusqu’à quarante communes de l’ouest Aveyron. Quarante communes sur lesquelles les agriculteurs ne toucheraient plus les indemnités de compensation du handicap. Ce qui n’est pas du tout du goût des éleveurs aveyronnais.

Villeneuve, Montauban, puis Nevers

« Notre objectif est simple : aucune commune ne doit sortir du zonage. Le milieu de l’élevage ne peut pas le supporter. Puis cette nouvelle carte présente quelques incohérences » explique Dominique Fayel. « Elle ne peut pas être définitive, même si l’on a conscience qu’elle va être difficile à bouger ».

Le récent soutien des élus du conseil départemental, qui ont voté à l’unanimité une motion en leur faveur, conforte toutefois les agriculteurs dans l’idée qu’ils doivent agir. Ainsi, le 5 novembre, dans une exploitation chevrière de Villeneuve, ils vont inviter l’ensemble des élus, des parlementaires aux maires, en passant par les présidents de communauté de communes, ainsi que le préfet et les sous-préfets, afin de leur décrire les conséquences d’un déclassement d’une commune. 

« Non seulement, une exploitation va perdre huit à dix mille euros d’aides, mais cela aura un impact sur le fonctionnement ainsi que les aides à l’installation » souligne Laurent Saint-Affre, secrétaire de la FDSEA. « Ce sont des territoires véritablement en danger. Car sur ces communes-là, les exploitations assurent une certaine dynamique. Et c’est tout un pan de l’attractivité qui peut disparaître » détaille Germain Albouy, des Jeunes agriculteurs.

Après ce grand raout du 5 novembre, les agriculteurs de la région Occitanie se rendront à Montauban. « C’est un département très touché par les nouveaux zonages et c’est celui du ministre de l’Aménagement du territoire, Jean-Michel Baylet. Il a prévu de nous recevoir » explique Dominique Fayel. La montée en puissance de ce mouvement se poursuivra à Nevers, à la mi-décembre, où une manifestation nationale est programmée. Comme pour les zones vulnérables, où la mobilisation était allée crescendo, la bataille pour le zonage s’annonce âpre.

PH.R.
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?