Circulation - Déplacements

Baraqueville : la RN88 à sens unique... pour réveiller Orange !

  • Baraqueville : la RN88 à sens unique... pour réveiller Orange !
S'abonner Mis à jour le -- partages
Dès lundi et pour une durée indéterminée, des bouchons seront à prévoir sur la RN88 dans sa traversée de Baraqueville.

« En tant que premier magistrat, c’est le seul moyen que je trouve aujourd’hui. C’est déplorable d’en arriver là ». Depuis un an déjà, Jacques Barbezange, maire de Baraqueville, interpelle l’opérateur téléphonique Orange et le service des routes au sujet d’une plaque en fonte, à proximité de la Caisse d’épargne.
Placées sous la chaussée, les chambres d’accès aux réseaux d’Orange sont recouvertes d’une plaque en fonte, construite juste sur la bande de roulement de la voie routière. Avec le passage des 16 000 véhicules par jour, la construction s’est affaissée et déformée, et provoque de très lourdes nuisances sonores.
Par ailleurs, le béton de ces chambres est lézardé « de toutes parts » et « le risque de leur effondrement plane sur les usagers de la route. Quand un camion passe, la plaque se soulève, c’est très dangereux », affirme Jacques Barbezange.


Circulation alternée et vitesse limitée à 30 km/h
Il y a quinze jours, l’élu a donc pris un arrêté municipal aux allures symboliques : le document prévoit que dès lundi 14 mai et pour une durée indéterminée, la traversée de Baraqueville se fera à sens unique avec circulation alternée par des feux tricolores, et la vitesse sera limitée à 30 km/h. « Il n’y a pas moyen de les faire bouger, alors je fais en sorte que personne ne roule sur cette plaque », résume le maire, reprenant : « Je fais cela pour éviter des nuisances à mes administrés, dont certains ne dorment plus du tout ».
Il y a quelques mois, des employés du service des routes se sont déplacés à Baraqueville. « Ils sont venus souder de la fonte et du fer, c’était évident que ça ne tiendrait pas », affirme Jacques Barbezange. Aucune nouvelle, en revanche, de l’opérateur Orange, à qui devrait pourtant incomber la charge de cette intervention.
« Il y aura des bouchons à prévoir, regrette le premier magistrat de la ville, mais il n’y a pas moyen de les faire bouger ». Sous réserve que cet arrêté soit validé par la préfecture, les perturbations engendrées sur le trafic vont être « considérables » mais le maire « refuse de jouer avec la sécurité des chauffeurs routiers et automobilistes et le confort des riverains ».

Réagir