Décès d’Yvette Horner : “Elle avait un tempérament volcanique”, se souvient Sylvie Pullès

  • Décès d’Yvette Horner : “Elle avait un tempérament volcanique”, se souvient Sylvie Pullès
Publié le

Rencontre avec Sylvie Pullès, étoile auvergnate de l'accordéon, qui se souvient de sa rencontre avec la volcanique musicienne, qui sera inhumée le 20 juin dès 16 heures à la cathédrale de Tarbes. 

Elle était – sans nul doute – LA légende de l’accordéon de ce dernier siècle. Lundi 11 juin, Yvette Horner s’est éteinte à l’âge de 95 ans à son domicile de Courbevoie. « Elle n’était pas malade. Elle est morte des suites d’une vie bien remplie  » expliquait à l’AFP Jean-Pierre Brun, l’agent de la musicienne. Rencontre avec Sylvie Pullès, étoile auvergnate de l'accordéon, qui se souvient de sa rencontre avec la volcanique musicienne, qui sera inhumée le 20 juin dès 16 heures à la cathédrale de Tarbes. 

Sylvie Pullès , votre parrain André Verchuren vous avez surnommé « la Reine d’Auvergne » . Aujourd’hui , vous êtes orpheline une fois de plus ? Que représentait Yvette Horner pour vous ?

Je suis très triste ...Yvette Horner a su, en plus de 60 ans de carrière, sortir l'accordéon du bal pop' et marier l'instrument avec de nouveaux genres musicaux. Elle représentait beaucoup de choses pour moi. C’était la première femme à avoir remporté la coupe du monde d’accordéon en 1948 avec 56,5 points d’avance sur les autres !. C’est grâce à des personnes comme elle et André que j’ai eu envie de jouer de cet instrument." Avec André Verchuren, décédé en 2013, elle partage le statut de star française l’accordéon bien connu dans les bals populaires – et une productivité impressionnante, elle a enregistré plus de 150 albums quand "Verchu" en avait sorti pas moins de... 777. Mais contrairement à ce dernier, elle a su dépoussiérer la pratique de son instrument en l'amenant, contre toute attente, vers des sphères musicales différentes. Yvette avait un répertoire très éclectique, ne se cantonnant pas à la valse musette ou au paso doble . Contemporaine de Tino Rossi, Maurice Chevalier et de Luis Mariano, elle a su renouveler son art en travaillant avec des artistes comme Jean-Paul Gaultier ou Boy George. Elle disait souvent : « J’ai le même frisson avec certaines mélodies de rock stars qu’avec la quatrième symphonie de Beethoven. Je suis éclectique ». Passant allègrement de l’univers de Jimmy Somerville à Tchaïkovski !... Le début des années 90, c'est aussi celui de l'avènement de la dance music, et Yvette Horner n'y échappe pas : son plus grand succès commercial, elle le signe l'année 1990, avec Play Yvette, ses couplets ne rap et son clip psychédélique. Un titre qui lui permet tout de même de se retrouver invitée dans l'émission adulée des plus jeunes de l'époque : le Club Dorothée. Elle avait également été invitée par Julien Doré à participer à son album "Bichon".

Sylvie Pullès et Yvette Horner
Sylvie Pullès et Yvette Horner

Quel est votre album préféré ?

Le 152ème et dernier album d’Yvette Horner, "Yvette hors norme".

Pour quelles raisons ?

Parce qu’il est vraiment hors norme ! Il y a des musiques un peu psychédéliques, qui passaient dans les boîtes de nuit. Yvette sortait l’accordéon de son carcan habituel. Ce disque comprend des duos avec Lio, Michel Legrand et Richard Galliano. Le couturier Jean Paul Gaultier, dont elle fut l'une des plus marquantes égéries,a conçu la pochette et a dessiné bien sûr ses derniers costumes de scène.

Vous avez de nombreux points communs toutes les 2 : vous êtes une femme , originaire du Sud , vous avez toutes deux étudié au conservatoire de Toulouse et commencé par y étudier le piano. Autre point commun, vos liens avec le Tour de France : pendant onze ans, Yvette Horner en a été la mascotte, apparaissant sur le toit d’une voiture publicitaire de la caravane, jouant de son instrument sous les vivats. Sylvie Pullès , vous participez également régulièrement au Tour, lorsqu’il passe dans la région. Il semble qu’elle ait été plus populaire que son alter ego masculin André Verchuren , quel est votre sentiment ?

C’est une certitude ! je pense que cela vient du fait aussi que c’était une femme . Puis il y a le Tour de France ! Yvette Horner aura marqué de son talent les étapes du Tour de France pendant onze éditions. « Vévette » était juchée sur le toit d’une voiture publicitaire de la caravane, coiffée d’un sombrero. C’est le Tour de France qui va étendre sa renommée dans tout le pays à partir de 1952. Elle aurait vendu 30 millions de disques – tous supports confondus – chez trois maisons de disques (Pathé Marconi, CBS et Erato) au cours de sa carrière. Enorme !!

Pouvez vous nous parler de vos rencontres successives ?

C’était comme si j'avais vu le pape ! J’avais 18 ans . Je la vois sur scène pour la première fois en 1990, au Parc des Expos de Pau.J’ai gardé précieusement mon ticket d’entrée.Elle était accompagnée par de super musiciens ! J’étais très impressionnée de voir cette petite femme d’1, 55 mètre avec sa chevelure rouge et un accordéon immense ....Je n’ai pas osé l’aborder . Quand je me suis approchée discrètement des loges , je l’ai entendu « rouscailler » avec une autre personne ! Alors je suis partie vite fait !... Yvette Horner était une grande musicienne, c’était aussi "un personnage", pas seulement pour ses tenues extravagantes. Elle avait un tempérament volcanique. Elle avait son caractère ; et il en fallait pour être dans un milieu masculin comme ça !

La première vraie rencontre aura lieu pour un concert commun au Zénith de Paris en 2003 ?

Oui , il y avait aussi André Verchuren. Des grosses pointures ! C’était comme débuter dans le rock’n’roll et voir Johnny.... ! Par la suite, on se croisera régulièrement, notamment lors d’un second Zénith à Paris en 2004 , puis à Lorient. Elle m’a offert son livre « le biscuit dans la poche » puis ces CD , toujours dédicacés bien sûr . Quel est votre sentiment au lendemain de la disparition de cette immense star de l’accordéon ? La disparition de la plus célèbre accordéoniste de l'histoire a visiblement touché tous les Français, de droite, de gauche et du centre. Avec la mort de cette légende, c’est une page qui se tourne : Je ne la reverrai pas, il va falloir vivre avec des souvenirs. Le bon côté des artistes, c’est qu’ils laissent des choses derrière eux.

GR
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?