Estivada de Rodez

Une centaine de jeunes Ruthénois invités sur scène avec Francis Cabrel

  • Le chanteur originaire du Lot-et-Garonne était entouré d’une centaine d’enfants, sur la scène de l’amphithéâtre, hier après-midi.
    Le chanteur originaire du Lot-et-Garonne était entouré d’une centaine d’enfants, sur la scène de l’amphithéâtre, hier après-midi. - J.M.
S'abonner Mis à jour le -- partages
Le concert de Francis Cabrel démarrera ce soir par l’interprétation du titre ‘‘ Il faudra leur dire’’. Un morceau que l’artiste lot-et-garonnais entonnera en compagnie de jeunes chanteurs ruthénois.

La prestation de Francis Cabrel aura une saveur ruthénoise, ce soir, sur l’esplanade des Rutènes. Le chanteur originaire d’Astaffort débutera son spectacle en compagnie d’une centaine de jeunes enfants issus de la calandreta, des classes bilingues des écoles élémentaires Monteil et Cambon, et du Conservatoire de l’Aveyron. La troupe reprendra en chœur le titre Il faudra leur dire dans une version chantée en français... et en occitan.

Le défi sur lequel travaillent les élèves depuis le mois d’avril a pris une autre dimension, hier après-midi. Cette fois-ci, ce n’est plus seulement leur coordinatrice Nathalie Foulquier et son équipe qui ont œuvré à la juste interprétation du morceau. Mais bien l’artiste lot-et-garonnais et son équipe technique qui ont apporté leur savoir-faire pour une répétition générale.

Réuni à l’Amphithéâtre de Rodez, ce petit monde a fait connaissance et a appris à se jauger, vingt-quatre heures avant l’événement. Petite chemise à fleurs et guitare à la main, le chanteur écoute le collège de jeunes chanteurs. Les enfants, placés de chaque côté et devant lui, débutent alors le premier couplet. Le démarrage est timide, pour ne pas dire timoré. « Ils doivent chanter un petit peu plus fort », avance d’une voix suave Francis Cabrel. Les enfants écoutent. Le travail effectué durant une dizaine d’heures tarde à refaire surface. Nathalie Foulquier, qui suit l’avancée du projet, les secoue une première fois. « Réfléchissez à ce que dit la chanson. Elle doit être interprétée forte mais avec douceur. »

 

 

Quarante-cinq minutes pour accorder les voix

Sous l’œil bienveillant du troubadour toulousain Claude Sicre, les apprentis chanteurs se réveillent et entonnent une deuxième, puis une troisième et une quatrième fois le morceau. « Écoutez bien les paroles et ne regardez pas vos pieds pendant que vous chantez », martèle une des éducatrices consciente qu’il faudra être carré ce jeudi soir sur l’esplanade des Rutènes.

Quarante-cinq minutes après avoir fait leur entrée au cœur de la salle de spectacles, il est temps pour chacun de vaquer à ses occupations. Francis Cabrel, encore sur scène, pour peaufiner les derniers détails de sa création. Les jeunes artistes, repartent se reposer un peu avant le grand soir.

Nathalie Foulquier, qui a assisté durant ces quelques minutes un de ses artistes préférés, décompresse également. L’esprit léger, enthousiasmé à l’idée de travailler aux côtés d’un de ses artistes préférés. « Bien sûr que je fais cela avec plaisir. Mais je ne le fais pas pour moi mais pour les enfants. Même s’ils ne le mesurent pas encore, ils s’en rappelleront toute leur vie. »

Réagir