Le Roc à Poitiers en espérant un déclic

  • Julien Demetz en train  de donner des consignes  à ses hommes.
    Julien Demetz en train de donner des consignes à ses hommes. Archives JLB - CPA / Archives JLB - CPA
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Incapables de s’imposer depuis la deuxième journée, les Ruthéno-Castonétois veulent enfin renouer avec le succès ce soir (20 h 30) dans la Vienne.

"C’est dans les moments difficiles qu’on sait reconnaître une vraie famille, en restant soudé, ensemble quoi qu’il advienne." Julien Demetz cite ici son président, Benoît Courtin, "qui nous le répète souvent". Il faut dire que l’entraîneur du Roc est servi en "moments difficiles", lui qui a vu son équipe se faire éjecter de la Coupe de France le week-end dernier à l’Amphithéâtre par Saint-Flour (N2 aussi) 28-32 et alors que les siens sont toujours sans victoire depuis le soir de la première journée et un succès inaugural devant Asson (29-26, 15 septembre). Alors à l’heure d’affronter Poitiers, ce soir (20 h 30) dans la Vienne, il espère un "déclic".

Efficacité devant le but

Car des quatre revers de suite en championnat, le technicien ne jette pas tout, loin de là. "Face à Toulouse (il y a quinze jours à l’Amphi, défaite 24-28), on fait un bon match. Il y a en tout cas du progrès, une vraie montée en puissance, explique-t-il. Sauf qu’on pèche dans la phase de shoot. C’est très frustrant."

Et un cercle vicieux est en train de prendre forme à ce niveau-là, hormis pour l’expérimenté capitaine Aurélien Simon qui tourne à dix buts par match. "On est en manque de résultat, donc on manque de confiance et fatalement de réussite." Voilà pourquoi casser cette spirale négative est primordial. D’autant que le groupe rouergat est globalement jeune. Et n’a donc pas besoin de ça. Plusieurs éléments sont ainsi mis en place pour tenter de retrouver une efficacité devant le but plus conforme au niveau de la N2. "Le savoir-faire, je pense qu’on l’a. Ça, ça ne m’inquiète pas. Il faut juste que les jeunes retrouvent confiance, explicite le coach. On fait de la répétition en phase de shoot aux entraînements. On met en place des challenges, on est aussi dans la réflexion sur l’action de tir."

Pour autant, "il ne faut pas se voiler la face, ça ne va pas se régler aussi facilement que ça et on ne peut évaluer les progrès dans ce secteur de jeu uniquement le week-end." En match officiel donc. À commencer par ce soir ?

Lui et les siens l’espèrent, évidemment. Et pour ce qui est le plus long déplacement de la saison ("ça a des inconvénients mais aussi un avantage : on sera ensemble plus longtemps et c’est intéressant dans ce genre de missions – Demetz -"), le coach dispose de l’ensemble de ses hommes. Une bonne nouvelle quand on sait que Poitiers, même s’il est promu, "a réalisé un recrutement intéressant". "On s’attend à un match costaud." Idéal pour un déclic en somme.

Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir