Le Grand Rodez attentif aux zones humides

  • Les zones humides sont un creuset pour la faune et la flore.
    Les zones humides sont un creuset pour la faune et la flore. Photo DR
Publié le

La collectivité a fait établir un état des lieux du territoire en la matière aux résultats assez inattendus.

Pour qui se montre attentif aux problématiques environnementales et/ou climatiques, la situation des zones humides à travers la planète ne doit pas laisser indifférent, au regard de l’intérêt écologique qu’elles représentent.

Ces zones, selon la définition écrite noir sur blanc dans la Loi sur l’eau, sont des terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire. La végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles.

En France, 10 000 hectares disparaissent chaque année

Pour information, les zones humides sont d’importants réservoirs de biodiversité : 30 % des espèces végétales et 50 % des espèces d’oiseaux remarquables ou menacés en dépendent ; elles accueillent d’autre part la plupart des reptiles et batraciens. Elles contribuent également à la régulation des cours d’eau et agissent comme un épurateur de certaines substances, comme les nitrates.

Elles offrent par ailleurs aux gens des possibilités de promenade, de détente, de loisirs (pêche) et aux animaux des pâturages complémentaires lors des périodes de sécheresse.

La protection de ces zones vulnérables, souvent maltraitées par l’homme, est devenue une obligation au fil des ans et des textes de loi. Une évidence quand on sait qu’en France, leur régression se poursuit au rythme dramatiquement régulier de 10 000 hectares par an.

Rodez agglomération n’échappe pas à la règle et a confié au bureau d’études Rural Concept une mission d’inventaire des zones humides du territoire, avec des financements de l’Agence de l’eau Adour-Garonne et du Fonds Européen de Développement Régional. Le travail engagé dans ce cadre s’est décliné de deux manières. Il s’est d’abord agi de rechercher les zones humides à partir de photos aériennes prises en 1997, 2003 et 2008, avant de se lancer dans une prospection sur terrain.

Les prairies humides dominent localement

La région ruthénoise n’était pas spécialement connue pour compter de nombreuses zones humides. Et pourtant, à l’arrivée, les techniciens du bureau d’études Rural Concept ont avoué avoir été "étonnés par la qualité et la richesse des milieux traversés".

Au final, il s’est avéré que près de 95 % des zones humides recensés sur le périmètre de l’agglomération ont la forme de prairies humides. Leurs superficies varient de quelques dizaines de mètres carrés pour les simples mares jusqu’à une vingtaine d’hectares pour une grande prairie humide repérée en bordure de la rivière Aveyron.

Plusieurs de ces espaces renferment des espèces aquatiques protégées, telles que la fritillaire pintade ou l’orchis incarnat. La faune y est également représentée par des espèces rares, comme les libellules agrion de Mercure, les tritons palmés et marbrés…

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?