Justice

Tribunal de Rodez : pour sa 19e condamnation, il retourne en prison...

  • -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Le casier judiciaire du prévenu n'a pas plaidé en sa faveur...

Devant le tribunal de Rodez, ce lundi, le prévenu, âgé de 49 ans, reconnaît les faits. Et s’excuse « du fond du cœur ». Dans la nuit de samedi à dimanche, à Millau, il a asséné un coup au visage de son épouse, après une soirée bien arrosée… « Elle m’a accusé de tromperies, m’a insulté en manouche et j’ai mal réagi », raconte-t-il. La victime, elle, est absente. Elle n’a d’ailleurs pas porté plainte malgré l’insistance des policiers millavois, intervenus le soir du différend familial, « par peur des représailles », explique le parquet. Lui dit ne jamais avoir été violent envers elle après plus de sept ans de vie commune.

« Le sursis avec mise à l’épreuve ne sert à rien »

Effectivement, son casier judiciaire ne fait aucune mention de violences conjugales. En revanche, il fait état de 18 condamnations depuis 1994 ! La dernière remonte à octobre 2018, devant le tribunal de Bergerac, pour conduite en état d’ivresse. L’homme a d’ailleurs fait plusieurs séjours en prison, notamment pour des faits de violences, de rébellions ou encore de vols. Et il est sous le coup d’une condamnation de quatre mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve.

Une peine « qui ne sert à rien dans ce cas précis », selon le procureur, Frédéric Coulomb. « La justice ne peut pas se permettre de paraître une nouvelle fois faible. Si la mise à l’épreuve, c’est de faire du yoga et d’aller à la pêche, c’est ubuesque ! Il faut être très clair : le prévenu n’a jamais arrêté de consommer de l’alcool et il est toujours violent. Alors, il faut augmenter les peines », a-t-il plaidé, avant de requérir 10 mois d’emprisonnement assorti d’un mandat de dépôt.

Coup de boule de Zidane...

La juge, Emeline Gardes, et ses assesseurs ont semble-t-il entendu le procureur puisque l’homme a finalement été condamné à quatre mois de prison, et la révocation de son sursis à hauteur de deux mois, avec mandat de dépôt. Et ce malgré la demande d’une « peine clémente » de Me Alexandra Gosset comparant le geste de son client avec le fameux « coup de boule » de Zinedine Zidane… « La violence est générée par des mots. Et ces derniers sont, parfois, des armes », a-t-elle indiqué.

L'immobilier à Millau

490 €

T3 situé au 1er étage d'un petit immeuble neuf et proche du centre-ville - [...]

360 €

T2 MEUBLE - Appartement T2 meublé situé en 2ième étage. Pièce principale av[...]

1000 €

T5 en Résidence avec ascenseur - Grand T5 traversant de 119m², idéalement s[...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir