Mathieu Rufié : "Je me suis battu pour avoir un jour ma place dans le monde pro !"

Abonnés
  • À Montréal, Mathieu entraîne plusieurs clubs. Il a aussi à sa charge, l’équipe nationale du Québec des moins de 15 ans.
    À Montréal, Mathieu entraîne plusieurs clubs. Il a aussi à sa charge, l’équipe nationale du Québec des moins de 15 ans. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Entraîneur de l’année 2014 au Québec, le Ruthénois poursuit son parcours de ce côté-là de l’Atlantique avec ses hauts mais aussi ses bas. Rencontre avec ce passionné de ballon rond.

On peut être Ruthénois et avoir de l’ambition. Mathieu Rufié en est la parfaite illustration. Éducateur talentueux du club de football d’Onet-le-Château, le jeune homme a décidé de quitter une place confortable dans son club de cœur pour l’aventure.

Une aventure lointaine, à 6 000 kilomètres de la pelouse de Georges-Vigne, qu’il entreprend en 2013 avec ce rêve, chevillé au corps depuis son jeune âge : entraîner un jour dans une structure professionnelle. Pas évident, concède-t-il. "Quand tu n’as jamais côtoyé le haut niveau en tant que joueur comme en tant qu’entraîneur, arriver à coacher des professionnels c’est un peu mission impossible". Pourtant, fraîchement débarqué sur les rives du Saint-Laurent, dans la belle contrée si chère aux Québécois, l’Aveyronnais n’a pas perdu de temps. Tour à tour responsable des U17, des U18 puis de l’équipe première du CS Longueil, le tacticien s’adjuge en 2014 le championnat de Première ligue de soccer du Québec. Un parcours fulgurant couronné du titre de meilleur entraîneur de l’année !

Un an après son départ, Mathieu Rufié s’ouvrait les portes du Grand monde. Repéré par l’Impact Montréal, seul club canadien à évoluer dans le championnat professionnel (la Major Ligue Soccer), le technicien se voit bientôt confier les rênes des U15. Un aller simple pour le monde pro. Sauf que… Des propos inappropriés jetés sur les réseaux sociaux un soir de défaite de l’équipe de France de foot à l’Euro 2016 replongent le Ruthénois dans le doute. Un message "idiot, imbécile", reconnaît l’Aveyronnais, repris par la presse locale et bientôt nationale : "Un truc de fou franchement. C’était télé, journal, radio, même dans le métro… Si tu ne sais pas tu es exposé quand tu évolues dans une grosse structure. Tu le comprends très vite après ça". La machine médiatique s’emballe. Les dirigeants du club le limogent.

La douche froide

"Le chemin n’a pas été facile pour arriver là. Je me suis battu pour avoir un jour ma place dans un club pro ! Et je me suis poussé dehors… Ça devait faire partie de mon parcours de vie. Mais c’est certainement le genre d’erreur qui m’a démontré que je n’étais pas prêt à évoluer au très haut niveau à ce moment précis." Deux ans plus tard, la parenthèse est définitivement refermée. "Aujourd’hui, les mecs me piquent pour me faire réagir. Ça chambre beaucoup mais je n’ai pas le droit de me plaindre". Si certains clubs amateurs lui font les yeux doux de ce côté-là de l’Atlantique, il a décidé de prolonger l’expérience québécoise. Du moins pour un temps.

Entraîneur national du Québec

"Je ne peux pas dire que je ne suis pas ambitieux. Mon rêve était d’entraîner dans un club pro. À Montréal, je l’ai fait pendant six mois et je ne suis pas senti largué. J’appréhendais un peu mais j’ai vu que j’avais le niveau pour coacher à un bon niveau justement. J’aimerais surtout retrouver ce challenge pour valider tout ça, ce défi, et retrouver la pression du résultat". En Amérique du Nord ? Ailleurs ? "Est-ce que je me bats pour être fort et capable de retrouver ce niveau. Ou est-ce que je prends des responsabilités en dehors du terrain." L’avenir le lui dira.

En attendant, Mathieu reste convaincu que cette passion dévorante pour le foot a encore de belle chose à lui offrir. Au Québec ou ailleurs. "Si tu as peur de bouger, de changer de club, de villes, de pays, il te faut vite trouver un autre métier ! Ce n’est toujours pas mon cas !" Aujourd’hui, le Ruthénois, en plus de ses fonctions d’entraîneur dans plusieurs clubs des rives du Saint-Laurent, a accepté celle de directeur technique adjoint du club de Saint-Lambert. En parallèle, il coache le U15 de l’équipe nationale du Québec. Une preuve de plus qui démontre que l’histoire entre Mathieu et le foot est loin d’être terminée.

Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

388 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE T1 bis 2e : entrée (placards[...]

277 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE Pièce principale avec coin c[...]

294 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE Grand studio secteur Faubou[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir