Hand ball : le Roc gagne son maintien

Abonnés
  • La joie des Ruthéno-Castonétois vainqueurs et maintenus, hier soir.
    La joie des Ruthéno-Castonétois vainqueurs et maintenus, hier soir. JLB / JLB
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Dans une finale pour rester en N2, les Aveyronnais se sont imposés, samedi. Bonheur et soulagement pour eux.
Chez les dames, au contraire...

C’était une finale pour le maintien que les joueurs du Roc disputaient hier soir dans la salle de l’Amphithéâtre face à Bègles. On le sentait rapidement par une entame de match tendue et crispée avec deux équipes cherchant à s’imposer avec de la volonté et du combat physique.
Les Aveyronnais pouvaient compter durant une bonne première mi-temps, remportée sur la marque de 12-10, sur la présence solide de son gardien de but, Becdro (8 arrêts). Bègles avait lui aussi un excellent gardien avec Lenain qui détournait 7 frappes locales. Le score restait serré avec un Roc menant 4-2 à la 10e minute mais se faisant doubler par les Girondins à la 21e (7-8). Portés par une bonne adresse de Soulaimana face au but visiteur, les Rocistes, sans leur capitaine Aurélien Simon blessé, atteignaient la pause avec une avance de deux buts.


Fraysse, un penalty qui vaut cher


Rien n’était fait car pour être certain de se maintenir le groupe de l’entraîneur aveyronnais Julien Demetz devait s’imposer hier soir. Il y parvenait après 30 nouvelles minutes intenses. Les visiteurs prenaient l’avantage à la marque à 10 minutes de la fin (20-21). Le Roc conservait sa circulation de balle et sa volonté pour égaliser. À quelques secondes de la fin, les deux équipes étaient à égalité 23-23. Fraysse, l’un des grands joueurs de cette partie, se chargeait de donner la victoire et du même coup le maintien au Roc en marquant le penalty de la gagne dans les tout derniers instants.
« Cela n’a pas été un grand match, mais il y avait l’enjeu du maintien qui a donné à cette rencontre toute sa valeur, résumait avec un visage rayonnant de bonheur Julien Demetz. Nous restons en N2, c’est sûr. Je veux savourer cette fin heureuse avec mes joueurs. » Le Roc, qui fut de longues semaines durant relégable, se sort bien d’une saison longue et éprouvante.
 

Des Rocettes forfait et reléguées !

Le match perdu le 18 mai dernier par les Rocettes dans la salle des Glycines à Onet-le-Château, contre Pau-Nousty (25-27), aura été l’ultime rencontre des Aveyronnaises en N2.
En effet, appelées à jouer en Gironde, hier soir dans la salle de Lège Cap-Ferret, les joueuses de
l’entraîneur Milenko Kojic n’ont pas effectué le déplacement (!), prévenant les Girondines de leur forfait. Celui-ci a pour conséquence de condamner les Rocettes à une descente en N3, un an après être montées en N2. On avait pu voir beaucoup de tristesse sur certains visages après la défaite concédée face aux Paloises, un échec pouvant précipiter la descente à moins d’un exploit au Cap-Ferret.


Effectif trop faible en nombre


Les Rocettes n’ont pas joué cette carte hier soir, car, comme d’habitude, trop souvent contraintes de se déplacer cette saison avec un effectif très faible en nombre. Ce problème explique en grande partie la descente de cette formation qui avait des qualités pour se maintenir.
Cette déception est (à peine) atténuée par une victoire des Rocettes en finale de la Coupe de l’Aveyron féminine cette semaine.
 

Pascale Briais
Voir les commentaires
Réagir