Culture et Loisirs

Festival international du Rouergue : le groupe Slavutich a conquis le public

  • Un saut vraiment spectaculaire.
    Un saut vraiment spectaculaire.
Publié le / Modifié le S'abonner

Cette année encore, le festival international du Rouergue a fait le plein de spectateurs. Cette fois-ci c’est l’Ukraine avec le groupe Slavutich qui était invité. Le groupe, qui vient du sud de l’Ukraine, a été fondé à Zaporizhian en 1980. Il a été souvent récompensé et a obtenu de grands succès dans de nombreux spectacles. L’ensemble compte environ 40 membres de différents corps de métier et d’étudiants. Les costumes sont authentiques, exclusivement faits pour eux et représentent plusieurs régions de l’Ukraine.

Développer la culture des arts folkloriques traditionnels

Après un repas pris en commun sous les marronniers de l’espace des Motards du Viaduc, le public a rempli la salle des fêtes et le spectacle a commencé. La particularité de l’ensemble national de danses folkloriques d’Ukraine Slavutich est de faire la part belle aux chants. Trois chanteuses, aux voix étonnantes, se sont produites plusieurs fois. Parfois en solo et parfois en cœur, accompagnées de l’orchestre formé de cinq musiciens : un violon, une flûte un accordéon, une contrebasse et une percussion.

Les danses se sont ensuite succédé, souvent par couples mais aussi les femmes seules ou les hommes seuls, se concurrençant pour présenter des chorégraphies originales ou spectaculaires, très bien réglées par Anna Podolyak, célèbre chorégraphe ukrainienne. L’objectif principal de l’ensemble Slavutich est de contribuer au développement de la culture et des arts folkloriques traditionnels non seulement en Ukraine, mais aussi à l’étranger. Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Grèce, Autriche, Croatie, Italie, Turquie, Serbie, Bulgarie, Espagne, Portugal et beaucoup d’autres villes.

En 2008, le groupe a participé au film d’histoire Taras Bulba, réalisé par le célèbre artiste russe, Vladimir Bortko.

La fin du spectacle a donné lieu à un très beau bouquet final. Si les femmes ont dansé un ensemble parfaitement synchronisé, les hommes ont exécuté des figures cosaques qui ne manquaient pas de souffle comme la toupie russe, le pas chassé et le saut.

La soirée s’est terminée sous les applaudissements fournis et prolongés d’un public vraiment conquis.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir