Photofolies à Rodez : une symphonie finlandaise en noir et blanc

  • Pentti Sammallahti présente une cinquantaine de clichés, galerie Foch.
    Pentti Sammallahti présente une cinquantaine de clichés, galerie Foch. J.B. -
Publié le

Le vernissage de cette 31e édition avait lieu, samedi, en mairie de Rodez. L’occasion de découvrir, jusqu’au 27 octobre, les travaux d’une douzaine de photographes, dont le Finlandais Pantti Sammallahti, en plusieurs lieux ruthénois, bien sûr, mais aussi à Onet, Decazeville, Salles-la-Source, Villefranche-de-Rouergue.

Un festival chasse l’autre, serait-on tenté d’écrire. En effet, après la nouvelle et magnifique édition 2019 de Phot’Aubrac, qui a attiré, durant quatre jours, des milliers de visiteurs et de passionnés sur la montagne aveyronnaise, le festival Photofolies pointe, à son tour, le bout de son nez. Ou plutôt de son objectif. Et de ceux de la douzaine de photographes invités par le président des Photofolies, Sylvains Lagarde, pour cette 31e édition, placée sous le signe de l’ailleurs. Un ailleurs que chacun peut, cela va de soi, voir différemment. Au coin de sa rue ou à l’autre bout du monde…

Fils d’orfèvre et petit-fils de photographe

Ces nouvelles Photofolies prennent donc l’accent finnois puisque l’invité d’honneur en est le photographe d’Helsinki Pentti Sammallahti. Né en 1950 dans une famille d’artisans, ce fils d’orfèvre est aussi le petit-fils de la photographe d’origine suédoise, Hildur Larsson, qui avait créé, dès 1905, un studio photo à Rovaniémi, la capitale de la Laponie, près du cercle polaire. Pentti Sammallahti a commencé à pratiquer la photographie, au Caméra club d’Helsinki, dès son adolescence. Il réalise sa première exposition dès l’âge de 21 ans, et la reconnaissance de son travail est presque immédiate puisqu’il reçoit le prix national de la photographie de Finlande en 1975. Un prix qu’il décrochera à trois autres reprises en 1979, 1992 et 2009. Le photographe finlandais a déjà exposé à plusieurs reprises en France, à la galerie Camera Obscura, notamment, et aux rencontres d’Arles. Pentti Sammallahti, dont le travail est souvent comparé à un travail d’orfèvre réalise ses photos en noir et blanc. Des photos dont il assure lui-même les tirages, avec une extrême finesse. Des images, pleines de poésie, qui représentent souvent la nature, les animaux, quelquefois les gens, qui l’entourent. Des scènes, presque ordinaires de la Finlande et d’ailleurs. "Quand je fais des photos, je ne pense jamais au spectateur, je pense au sujet. Mais ensuite, quand je les développe, je pense aux autres, surtout aux enfants, à mes propres enfants. Je serais vraiment très heureux que mes photographies fassent rêver celui qui regarde", affirme le photographe, rappelant qu’en finnois, sammal veut dire mousse et lahti baie. Les photos de Pentti Sammallahti sont visibles à la galerie Foch, du mardi au dimanche, de 14 h à 19 h. Une cinquantaine de très beaux clichés en noir et blanc. Pour la plupart de petits formats. Outre Pentti Sammallahti, plusieurs autres photographes sont exposés en plusieurs lieux ruthénois. Ainsi, on retrouve les photos de Gabrielle Duplantier, à La Menuiserie ; d’Amandine Johannet et Raphaël Lucas, à la galerie Sainte-Catherine ; d’Anouck Durand-Gasselin au musée Denys-Puech. Plusieurs autres photographes exposent en extérieur. C’est le cas d’Isabelle Piriou aux squares François-Fabié, Bonnafé, Monteil ; de Bruno Lasnier sur les remparts du Palais Episcopal ; de Gwenaël Bollinger au kiosque à musique, ou bien encore des photos de la plateforme Wipplay, rue Combarel.

Dans le cadre du festival Hors les murs, les photos de Jean-Marc Caracci seront exposées à Salles-la-Source et celles d’Edith Roux à l’Atelier Blanc, à Villefranche-de-Rouergue. La MJC d’Onet accueille les jardins secrets aveyronnais de deux jeunes lycéennes du lycée de La Roque, Marion-Jade Beck et Coline Hibert. Sur ses terres, le créateur des Photofolies, Jean Cazelles a investira les murs de La Strada, à Decazeville, avec des clichés inédits de ses Dé-Réalités-Argentiques. Toujours à Decazeville, Claude Fournié présente ses fragments d’un vaste pays, au square Ségalat.

www.photofolies12.com

Joel Born
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

336 €

APPARTEMENT SITUE AU 2EME ETAGE EN CENTRE VILLE ,CUISINE AVEC RANGEMENT, SE[...]

385 €

Venez découvrir dans notre agence cet appartement de Type 1, entièrement ré[...]

545 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Entrée avec placard, séjour [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?