Chasse - Pêche

De la chasse à la dégustation en passant par les cuisines

Abonnés
  • Le chef Henri Paulhe avec le groupe de participants cuisiniers.
    Le chef Henri Paulhe avec le groupe de participants cuisiniers.
  • Après la cuisine, place à la dégustation, avec un bon marcillac !
    Après la cuisine, place à la dégustation, avec un bon marcillac !
Publié le / Modifié le S'abonner
Tout a commencé par une partie de chasse et s’est terminé aux fourneaux de La Roque, pour un cours dégustation de sanglier.

Ce lundi 11 novembre est une première pour la Fédération départementale des chasseurs, qui compte quelque 540 sociétés de chasse regroupant 11 000 adhérents, qui tuent 14 000 sangliers par an, sur le département. Une première au succès immédiat, puisque les 12 participants se sont inscrits dans les 2 heures suivant la mise en ligne de ce cours (pour 50 €, comprenant le cours, le repas avec dégustation de marcillac et le tablier souvenir).

Concrètement, Henri Paulhe, le chef cuistot du Legta de La Roque, mais aussi président de la société de chasse de Lédergues a choisi les sangliers et a préparé en amont daube et terrine.

Et ce lundi matin, il a refait avec ses élèves, les mêmes recettes à partir de la pièce bouchère (et tous mangeront en suivant ce qu’il avait concocté, un copier-coller de ce qu’ils auront préparé dans la matinée), après un cours plus théorique sur la viande, ses contrôles et ses analyses, où il a su démontrer d’une part que le gros gibier se portait bien et d’autre part qu’il était bio, naturel et moins gras, en un mot plus sain et plus goûteux, alors qu’en France on en importe 80 % !

L’objectif de ce(s) cours de cuisine est de faire découvrir cette viande, qui n’est pas difficile à cuisiner. De plus avec un chef très pédagogue, distillant aussi bien sa bonne humeur que ses précieux conseils, ce fut un réel plaisir pour les participants, tous autant que la dégustation très animée qui a suivi.

Au vu de l’ambiance et des réactions du groupe, nul doute que cette première était un réel succès et que d’autres cours auront lieu. " Ici, nous avions des supers locaux, un cadre idéal et un chef hors pair, cela ne pouvait que fonctionner. On envisage désormais deux cours par an. Nos chasseurs espèrent, par cette action, promouvoir la consommation de gibier…" explique-t-on du côté de la Fédération.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

189000 €

Dans résidence récente avec ascenseur, appartement de type 4 comprenant : c[...]

225000 €

Au pied du piton ruthénois, proche des commerces de proximités, au fond d'u[...]

35 €

UNE PLACE DE PARKING EXTERIEURE[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir