Ligue 2 (14e journée)

Football : Rodez pèche face aux gros

Abonnés
  • Joris Chougrani et le Raf ont été impuissants face à Lens.
    Joris Chougrani et le Raf ont été impuissants face à Lens. Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
Publié le / Modifié le S'abonner
Battus par Lens (2-1), lundi, les hommes de Laurent Peyrelade ont de nouveau été dominés par un cador du championnat.

Il s’est dégagé un sentiment d’impuissance, lundi soir, de la prestation des Ruthénois contre Lens, battus 2-1. Une nette impression qu’il existe une différence de niveau entre les deux formations, bien qu’elles évoluent dans la même division.
Mais après tout, pourquoi en aurait-il été autrement ? D’un côté, Rodez fait office de Petit Poucet de Ligue 2 avec Chambly. De l’autre, Lens apparaît surdimensionné pour ce niveau, avec son budget de 35 M€ et son escouade de joueurs expérimentés. Le résultat de lundi reflète une logique sportive, entre un prétendant à la montée et un candidat au maintien.

« Acquérir de l’expérience »

Le problème des Aveyronnais, c’est qu’ils n’ont jamais vraiment réussi à bousculer cette logique. Avant le revers contre Lens, ils se sont à chaque fois inclinés face aux cinq premiers actuels qu’ils ont croisés, Lorient (2-1), Sochaux (2-0) et Ajaccio (1-0).
Pour en expliquer les causes, l’entraîneur Laurent Peyrelade évoquait, à l’issue du match de lundi, la différence de qualité individuelle. « Ce qu’il nous a manqué ? D’avoir Robail, Sotoca, ou un mec comme Gillet au milieu… »
Le dernier exemple pris par le technicien est venu rappeler que dans l’entre-jeu, peut-être plus qu’ailleurs, ses joueurs ont eu du mal à soutenir la comparaison. À eux trois, David Douline, Pierre Ruffaut et Aurélien Tertereau ont disputé bien moins de matches en Ligue 2 (57) que Guillaume Gillet et Yannick Cahuzac, la paire lensoise, en Ligue 1 (266). Et cela s’est vu sur la pelouse du Stadium. « Pour acquérir de l’expérience, il faut soit l’acheter, soit apprendre, a lancé Laurent Peyrelade. Ce genre de matches nous permet d’en emmagasiner et nous pousse à nous améliorer pour être plus compétitifs. Mais tant qu’on n’a pas vécu cela dans notre chair, on ne peut pas s’en rendre compte. »

L’effectif touche-t-il ses limites ?

Au-delà du déficit d’expérience, ces contre-performances tracent certainement les limites actuelles de l’effectif sang et or. Après avoir passé trois saisons à repousser le champ des possibles, Pierre Bardy et consorts semblent, cette fois, se heurter à un plafond de verre. Point positif : le contenu face à Lens et Ajaccio, le 1er novembre, est bien plus satisfaisant que contre Sochaux ou Guingamp (défaite 4-1), il y a un mois et demi.
Reste à traduire cette forme de progression au classement. Car même si les cadors de Ligue 2 ne courent pas après le même objectif que le Raf, gratter quelques points face à ces adversaires pourrait permettre d’aborder plus sereinement les rencontres face aux concurrents directs pour le maintien.

4

C’est le nombre de points obtenus par les Ruthénois face aux équipes classées actuellement dans la première moitié du tableau. En sept rencontres, le bilan s’élève à une victoire, à Clermont (1-0), un nul, à Nancy (1-1), pour cinq revers.
 

Guillaume Verdu
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

660 €

RODEZ : Appartement T4 traversant exposé SUD avec vue dégagée sur la Cathéd[...]

192000 €

A vendre maison de ville coeur historique de RODEZ, traversante édifièe sur[...]

269000 €

Vous allez tomber sous le charme c'est sur! Idéalement située (secteur Card[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir