Insolite

La tour Eiffel dans le ciel de Capdenac !

Abonnés
  • Alain Lacombe au pied de « sa » tour Eiffel de 28 mètres et 10 tonnes, une magnifique et saisissante reproduction à l’identique de l’original, à l’échelle 1/15e.
    Alain Lacombe au pied de « sa » tour Eiffel de 28 mètres et 10 tonnes, une magnifique et saisissante reproduction à l’identique de l’original, à l’échelle 1/15e. Reproduction Centre Presse / Reproduction Centre Presse / Reproduction Centre Presse
Publié le / Modifié le S'abonner
Alain Lacombe a mis deux ans pour bâtir une réplique étonnante du monument parisien.
 

On est le 13 décembre 2017. C’est ce jour-là qu’Alain Lacombe est passé du rêve à la réalité. Ce jour-là que ce charpentier menuisier couvreur de Capdenac-Gare a commencé la construction d’une réplique quasi parfaite de la tour Eiffel. Aux origines, une discussion avec sa fille, Marine, qui l’incite gentiment à faire "quelque chose de grand" pour servir de support de tir aux feux d’artifice qu’il tire lui-même les 14 juillet, en tant que président du comité des fêtes local. Pourquoi pas la tour Eiffel ? Et voilà comment l’idée a doucement germé, au doux soleil de trois visites sur site, à Paris, et à l’ombre des plans, esquisses et dessins originaux de l’édifice parisien.

Deux ans plus tard, la tour Eiffel d’Alain Lacombe est presque terminée. Ce week-end, ou dans les prochains jours, le sommet, qu’il vient d’achever dans son atelier d’artisan de la zone de la Rotonde, sera posé sur les quatre éléments déjà boulonnés. Pour en arriver là, plus de 2 500 heures de travail, quasi quotidien, de 18 heures à 20 heures, et 10 tonnes d’acier de construction auront été notamment nécessaires.

Alain Lacombe, dont ce n’est pourtant pas le métier, a découpé, façonné, assemblé, soudé des kilomètres de tiges en métal. Le résultat est saisissant. "Je ne suis pas le premier à faire une tour Eiffel en miniature, souligne le Capdenacois. Mais je revendique le statut de copie. Je n’irais pas jusqu’à dire que ma tour est une réplique au détail près, mais pas loin. Je me suis attaché à reproduire l’original autant que possible."

Les frises et les volutes en acier qui ornent les arches du premier étage sont ainsi les mêmes que celles que l’on voit sur la tour originale. Le menuisier capdenacois a poussé le détail jusqu’à proposer le même nombre de fers croisés, jusqu’à présenter des axes de courbures semblables. La prouesse technique est d’autant plus remarquable qu’il a longtemps travaillé avec les moyens du bord, avant de se doter ces derniers mois de quelques outils plus adaptés.

La pose du cinquième et dernier élément de la tour Eiffel made in Lacombe, dans les heures ou les jours qui viennent, ne constituera pas la fin de l’histoire. Son créateur a déjà prévu d’apposer au-dessus des arches les noms des bénévoles du comité des fêtes de Capdenac, comme Eiffel a pu le faire en son temps avec les noms de grands savants de l’époque. L’ensemble, désassemblé pour le transport, prendra d’ici l’été prochain la route du stade des Berges, au bord de la rivière Lot, et servira de support au tir du feu d’artifice du 14-Juillet.

Le premier aboutissement d’une aventure que son auteur dit avoir vécue avec sérénité. "Ça ne m’a jamais pris la tête. Ça n’a été que du plaisir. Ma femme et mes trois filles m’ont toujours soutenu. Et pour l’heure, je n’ai pas d’autres projets."

Si ce n’est, et on en vient à ce qui pourrait être le second aboutissement de cette aventure hors normes, d’attirer la flamme olympique à Capdenac. Rien que ça. Dans cet objectif "ultime", Alain Lacombe entend bien ferrailler sans relâche avec la tour Eiffel capdenacoise comme principal argument (lire ci-dessous).

François Cayla
Voir les commentaires
L'immobilier à Capdenac-Gare

143500 €

Capdenac Gare : Maison de type 3 entièrement rénovée avec jardin et double [...]

209800 €

Capdenac : Ensemble immobilier comprenant : Une grange rénovée de type 2, u[...]

Toutes les annonces immobilières de Capdenac-Gare
Réagir