Tourisme

Villefranche-de-Panat : le retour du village des armées

  • Le village des arméespouvait accueillirprès de 150 personnes simultanément.
    Le village des arméespouvait accueillirprès de 150 personnes simultanément. Archives CP / / Archives CP
Publié le / Modifié le S'abonner

Depuis le début de l’année, Roger Van Stratum, gérant du camping adjacent, s’attelle à remettre sur pied l’ancien village des armées. Entre 1969 et 2005, le site a grandement porté la vie économique et touristique de Villefranche-de-Panat.

Trente-cinq bungalows, une maison individuelle, un réfectoire de 700 m2, une salle de réception sans oublier un minigolf, le tout dans un cadre idyllique à un jet de pierre du lac de Villefranche-de-Panat…

Entre 1969 et 2005, le village vacances des armées a contribué à faire vivre le village des hauteurs du Lévézou en accueillant chaque été (et parfois à Noël) des centaines de militaires en vacances.

Aujourd’hui, nombreux sont encore les Panatois à évoquer avec nostalgie cette grande époque. À commencer par Geneviève et Michel Guitard, observateurs privilégiés de l’évolution du site.

1969-2005, l’âge d’or

" Il y avait une dynamique, cela représentait un apport pour tout le village, de l’animation… Beaucoup de jeunes de Villefranche-de-Panat y trouvaient du travail pendant les mois d’été ", se souvient Geneviève Guitard, qui a été maire de Villefranche-de-Panat de 1983 à 1995. À cette époque et grâce aux autres hébergements touristiques et résidences secondaires, le village multipliait chaque été sa population par quatre.

À lui seul, le village des armées pouvait accueillir près de 150 personnes simultanément, sans oublier les enfants des militaires, une centaine environ, logés sur un second site, propriété de l’armée, de l’autre côté du lac. Ces jeunes venaient cependant prendre leur repas au village des armées, qui embauchait 25 personnes à chaque saison.

Un meurtre commis en 1997

Le 21 janvier 1997, Michel S., alors directeur du centre de vacances des armées, est assassiné par Charles Ciavaldini. Ce dernier, qui reconnaît avoir agressé la victime, nie cependant l’avoir tuée. Le procès autour de crime passionnel a eu lieu en février 2000. La cour l’a condamné à 18 ans de réclusion et a reconnu la préméditation. " Il y a deux mères auxquelles je pense : la mienne et celle de Michel S. Je leur demande pardon à toutes les deux ", déclarera l’accusé avant son incarcération.

En 2005 et sans coup férir, l’Igesa (Institution de gestion sociale des armées), organisme gestionnaire, décide la fermeture du village des armées.

Une deuxième chance en 2006

Le site trouve une nouvelle vocation en devenant officiellement Centre de la deuxième chance le 13 février 2006. Un premier groupe de 45 jeunes y est accueilli pour trois jours. Il s’agit de jeunes volontaires, âgés de 18 à 21 ans, en difficulté scolaire, sans qualification ni emploi, en risque de marginalisation. Au total, seulement trois groupes auront séjourné à Villefranche-de-Panat, et l’opération cessera en août 2007.

2019 : des travaux pour préparer l’avenir

Depuis 2014, le site de trois hectares est propriété de la mairie (coût de l’opération : 115 000 €) et géré, depuis le début de l’année, par Roger Van Stratum qui administre déjà le camping voisin baptisé Yaloer.

Il y entreprend de lourds travaux de remise en état, à l’extérieur comme dans les bungalows, et a même eu la surprise de trouver, sous les ronces, un minigolf qui agrémentera le séjour de ses futurs hôtes, espérés pour l’été prochain.

Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Panat

137500 €

Villefranche de Panat - Proche des lacs - Maison T3 de 93m² habitbles, en p[...]

495000 €

Dans environnement calme et très agréable avec vue imprenable sur le Lac, m[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Panat
Réagir