Environnement

Neuf millions d’euros pour le parc de l’Aubrac

  • L’Aubrac se porte bien à l’image de la Maison de l’Aubrac qui a reçu 100 000 personnes l’an dernier.
    L’Aubrac se porte bien à l’image de la Maison de l’Aubrac qui a reçu 100 000 personnes l’an dernier. Repro CP / / Repro CP
Publié le / Modifié le S'abonner

Accompagnement des bourgs centre et mobilité ont été abordés par les élus du syndicat mixte.

Les élus du syndicat mixte se sont réunis dernièrement. Il a été abordé la contractualisation avec les régions. Le PNR de l’Aubrac peut prétendre chaque année à une aide de la région Occitanie de 100 000 € et de 45 000 € de la région Auvergne-Rhône Alpes. Cela permet de cofinancer vingt-six projets cette année et en 2021.

Outre ces aides apportées, la région Occitanie, les départements de l’Aveyron et de la Lozère apportent des aides aux communes et communautés de communes au travers d’un contrat territorial.

Le tourisme en question

Ce contrat a vocation à soutenir différents travaux d’aménagement et de développement de ces collectivités rurales. Vingt-six projets représentant environ 9 millions d’euros d’investissements sur le territoire ont ainsi été validés.

Il s’agit de travaux de rénovation énergétique de bâtiments publics, de rénovation de logements ruraux, de création de services, d’aménagement d’espaces publics, etc. dans les communes de l’Aubrac, du Carladez, de la Margeride et de la vallée du Lot. Les bourgs centres sont accompagnés, onze bénéficient dont en Aveyron : Laguiole, Argences-en-Aubrac, Estaing et Saint-Geniez au printemps prochain. Lauréat pour un projet de mobilité, une enveloppe de 250 000 € est budgétisée pour trois ans.

Enfin, un groupe de travail a été constitué pour établir une stratégie sur le tourisme. Les premières actions engagées sont espérées en fin d’année…

 

Nouvelle pullulation des campagnols

Le Parc naturel régional de l’Aubrac avec l’appui des Fredons poursuit sa lutte engagée en 2017 contre une nouvelle vague de pullulation des campagnols terrestres. Un groupe de travail d’agriculteurs, avec l’appui d’un consultant formateur, vient d’être mis en place pour établir des propositions en mars prochain. "Sur cette base, la construction de ce type de service sera à poursuivre avec les éleveurs motivés, à l’échelle de l’Aubrac", conclut-on au parc.

Olivier Courtil
Voir les commentaires
Réagir