Des truites pour ouvrir la saison en Aveyron

Abonnés
  • Des truites pour ouvrir la saison
    Des truites pour ouvrir la saison Repro CP / / Repro CP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L’ouverture de la pêche en 1re catégorie, prévue samedi 14 mars, est un rendez-vous toujours très attendu par les pêcheurs de truites. Tout au long de ce week-end convivial, ils retrouveront avec plaisir des cours d’eau sauvages et poissonneux, ou d’autres sites, réservés, cette fois, aux lâchers de truites.

Quel temps fera-t-il samedi ? Voilà ces dernières semaines, la préoccupation numéro un du pêcheur. De celui qui, toutefois, accorde aux infos de la météo quelque crédit. Une chose, en tout cas, est certaine, le comportement des truites sera, comme toujours, influencé par les caprices du ciel. Neige, soleil de plomb ou puissantes crues ? À dix jours de l’ouverture, une tendance semble se dégager avec des cours d’eau aux niveaux corrects, voire élevés sur certains secteurs, ce qui devrait à l’avance rassurer les protégés de Saint-Pierre. Rien de pire, en effet, qu’une rivière ou un ruisseau sous alimenté, a fortiori à la fin de l’hiver.

Paisibles lieux de partages

À vrai dire, l’ouverture en 1re catégorie ressemblera samedi prochain davantage à un match amical qu’à une finale de coupe du Monde. C’est en effet une journée ou un week-end consacré aux retrouvailles, donnant l’occasion, à beaucoup, de reprendre contact avec des amis parfois éloignés, de remonter aussi avec eux des sentiers connus, d’où surgissent, çà et là, des souvenirs anciens… Les plus jeunes, eux aussi et à leur manière, seront au rendez-vous pour vivre de bons moments, à l’origine, qui sait, d’une passion en devenir. Certes, on croisera peut-être aussi samedi, des pêcheurs pressés, parfois irrespectueux, lançant sans scrupule dans vos pieds un leurre, ou une ligne, aveuglés par l’approche comptable de leur loisir. Mais il suffira de penser au même moment à ceux qui au fond d’une vallée profonde, embrassent et relâchent les yeux fermés leur première mouchetée de la saison, pour se dire qu’il reste encore des moments paisibles à vivre au bord des rivières. Des lieux puissants et peut-être magiques, capables de faire disparaître pendant quelques heures les soucis, ou mieux, provoquer des rires de gamin…

Diversité de pêcheurs

Samedi 14 mars, justement, les pêcheurs aveyronnais auront le choix pour se détendre. De nombreux sites différents, plus ou moins fréquentés, correspondant aux plaisirs de chacun les attendent. Ceux qui voudront, a priori, éviter la bredouille, sélectionneront l’un des 60 parcours spécifiques, bien aménagés et accessibles, où sont lâchées des truites.

Pour ce type de parcours, certains préféreront la pêche en rivière (Saint-Geniez-d’Olt, Prévinquières, Lincou, Millau…), pendant que d’autres se rendront sur des plans d’eau. Des lieux délimités très intéressants, où les débutants pourront appliquer des principes de pêche basiques, indispensables afin de progresser et fréquenter prochainement des cours d’eau sauvages (lire ailleurs).

Sur les secteurs de truites sauvages, maintenant, il faudra mettre en œuvre tout son savoir-faire, car en début de saison, les salmonidés n’ont pas le même appétit qu’en mai et juin. Ici, comme sur les parcours de lâchers, garder ou remettre à l’eau des truites restera à l’appréciation du pêcheur.

Prélèvements raisonnables

Les rapports scientifiques sur l’état parfois alarmant de la biodiversité, et la multiplication des parcours no-kill, laissent entendre que l’idée de prélever de manière raisonnable fait son chemin. Les amateurs de no-kill peuvent d’ailleurs profiter depuis le début de l’année du magnifique parcours no-kill, long de 11 km (!) créé sur la haute vallée du Lot.

Chez les plus jeunes, prélever avec discernement est complètement intégré. Régulièrement sensibilisés à la fragilité des ressources terrestres, et totalement étrangers, vu leur âge, à l’époque "du pêcher pour manger", garder un poisson n’est jamais automatique !

Samedi, que l’on rapporte à la maison quelques truites à déguster entre amis, une belle série de photos, ou une anecdote fameuse, on retiendra peut-être l’idée que ce sont ces manières de vivre la pêche, multiples et variées, et éloignées de tout intégrisme, qui, entre autres, participeront à sa pérennité.

En attendant, samedi, préparez-vous à prendre du bon temps au bord de l’eau, le jour J approche, et la saison ne fait que commencer !

Pour la troisième année consécutive, Serge Guiot accueillera, tout au long du week-end, les pêcheurs qui voudront faire leur ouverture sur le lac des Picades, devenu au fil du temps un des lieux de pêche incontournables de l’Aubrac. Le responsable du lac ouvrira ses portes à partir de 10 heures, jusqu’à 17 heures. Pour l’occasion, 1 400 poissons ont été acheminés en provenance de la pisciculture fédérale de La Mouline, auxquels s’ajoutent les truites restantes de l’année écoulée.

Contacts : 05 65 68 41 52 (fédération) et 06 86 18 12 42 (en direct du site).
JDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Aveyron

390 €

Appartement T2, au centre de Baraqueville, dans petite copropriété , en 3 è[...]

138400 €

Idéalement situé dans le centre ville d'Entraygues à proximité de toutes le[...]

138000 €

Ce terrain constructible de 5680m2 est situé dans la continuité d'un lotiss[...]

Toutes les annonces immobilières de Aveyron
Réagir