La difficile vérité des chiffres…

Abonnés
  • Le bilan de l’ARS, publié tous les soirs, ne fait plus qu’état des personnes hospitalisées, en réanimation et décédées en milieu hospitalier.
    Le bilan de l’ARS, publié tous les soirs, ne fait plus qu’état des personnes hospitalisées, en réanimation et décédées en milieu hospitalier. Repro Centre Presse / Repro Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Tous les soirs, après un décompte national souvent macabre, l’Agence Régionale de Santé décline les chiffres liés à l’épidémie du Covid-19. Notre titre les publie dans la foulée. Et à chaque fois, les questions se posent : "ces chiffres sont-ils sous-estimés ?", "nous cache-t-on des choses ?"...

Les réponses, elles, sont un peu plus complexes. Car, les données ont évolué au fil de l’épidémie. Si au départ, l’ARS recensait tous les cas sur le territoire, cela n’est plus vrai depuis plusieurs jours déjà. "La stratégie de tests ciblés rend désormais l’indicateur de cas confirmés moins pertinent", avait indiqué l’agence régionale, il y a peu. Effectivement, seuls les cas dits "prioritaires" bénéficient de tests désormais. Impossible donc de connaître précisément aujourd’hui l’avancée du virus et le nombre de personnes contaminées dans la population aveyronnaise…

Un suivi de la mortalité dans les Ehpad à venir ?

Désormais, il est seulement question de cas en cours d’hospitalisation dans le décompte. Ils étaient 21 dans le département jeudi soir. Dont 5 en réanimation, ce que précise également le fameux communiqué tous les soirs.

Enfin, l’ARS communique le nombre de décès liés au Covid-19. Et c’est sur ce point-là, que plusieurs voix s’élèvent. Car aujourd’hui, seules les personnes décédées en milieu hospitalier sont recensées. Ceux qui ont succombé au sein d’une maison de retraite, par exemple, échappent aux radars s’ils ne sont pas passés par la case "hôpital". Qu’en sera-t-il dans les jours à venir, où certains annoncent déjà une "crise sans précédent" dans les Ehpad, n’hésitant parfois pas à utiliser le mot "hécatombe" ?

Sur ce point-là, le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, et le gouvernement ont promis de réaliser au plus vite un suivi quotidien de la mortalité dans les établissements pour personnes âgées. "Les décès à l’hôpital représentent probablement une faible part de la mortalité", avait d’ailleurs reconnu le fonctionnaire en début de semaine. Aucune communication n’est également réalisée sur les personnes décédées à leur domicile…

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

313 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE - Ravissant duplex en centre[...]

262 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Sas d'entrée avec placard p[...]

19400 €

A vendre à Bourran garage individuel fermé d'environ 17m2 dans une résidenc[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir