La préfète prend le pouls de l’hôpital de Rodez

  • Au cours de la visite dans les pôles médicaux.
    Au cours de la visite dans les pôles médicaux.
Publié le , mis à jour

Valérie Michel-Moreaux a visité ce jeudi 1er octobre le centre hospitalier Jacques-Puel. Pour se rendre compte de visu du bon niveau de performances, dans tous les domaines, de l’établissement.

Mieux appréhender le fonctionnement du centre hospitalier de Rodez et du groupement hospitalier de territoire dont il est le pivot, tel était le souhait marqué de la représentante de l’État, dans un contexte sanitaire où le dispositif des soins est en première ligne. Hier après-midi, elle s’est laissée guider dans les services, à la rencontre des équipes médicales, par le directeur Vincent Prévoteau et le Dr Élise Carrez, présidente de la commission médicale d’établissement, avec dans leur sillage, Benjamin Arnal, délégué départemental de l’ARS. "J’ai vu ici quelque chose de performant, tant dans l’offre de soins que dans sa qualité, avec des solidarités fortes, ce qui est un atout majeur pour le territoire", a ainsi confié la préfète Valérie Michel-Moreaux à l’issue de sa visite.

Les atouts en revue

Et Vincent Prévoteau n’a pas manqué de mettre en évidence, au cours de cette rencontre, "les forces d’un établissement, tant dans la performance du plateau technique que dans la richesse humaine des équipes, de leur engagement". Une "dynamique territoriale", portée par "la volonté collective".

Tous les atouts du centre hospitalier ont été passés en revue. À commencer par les nombreux partenariats avec des structures de soins indépendantes et avec la médecine de ville avec laquelle la communication et la concertation signent la volonté de l’hôpital d’agir avec tous les acteurs de santé. Le contexte sanitaire a imposé de s’appuyer désormais sur les retours d’expérience en prévision d’une seconde vague Covid… Et à ce sujet, "le renforcement et la stabilisation des équipes, ainsi que le recrutement grâce à une politique d’attractivité qui commence à porter ses fruits, n’ont jamais cessé", assure Vincent Prévoteau. Une rencontre avec les représentants syndicaux était d’ailleurs à l’ordre du jour, hier en présence de la préfète. Nul doute que la situation du personnel a été évoquée. Au final, le message dominant doit rester clair aux yeux de tous : l’hôpital est toujours prêt à toutes les éventualités.

« Aux citoyens d’agir »

Prévenir une éventuelle deuxième vague du Covid en Aveyron est dans tous les esprits. A commencer par celui de la préfète Valérie Michel-Moreaux qui exhorte sans relâche les citoyens à ne pas se relâcher. « Il est essentiel de respecter toujours les gestes barrières, il faut aller vers la responsabilisation des citoyens ». Et de prévenir : « Des mesures coercitives graduées seront prises si nécessaire ». Que l’hôpital de Rodez ait la capacité, à ce jour, de prendre en charge un afflux de patients Covid, ne doit pas occulter l’autre prise en charge essentielle, celle des patients qui souffrent d’autres pathologies. 800 opérations chirurgicales ont dû être reportées entre mars et juillet, elles ont pu être honorées désormais.
Les choses devraient pouvoir continuer ainsi, d’autant que les indicateurs (sur le taux d’incidence pour 100 000 habitants, l’Aveyron avoisine les 80) laissent place à l’espoir : la situation se stabilise au cours de ces derniers jours et « on ne voit pas de situation hors contrôle en Aveyron », confirme Benjamin Arnal délégué départemental de l’ARS. Encore faut-il que les citoyens, et les jeunes en particulier, montrent aussi l’exemple d’une bonne responsabilisation citoyenne, avance en substance la représentante de l’État.
 

Christophe Cathala
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

437 €

APPARTEMENT ENTIEREMENT MEUBLE AVEC CAVE ET GARAGE INDIVIDUEL LOGGIA FERMEE[...]

266 €

SECTEUR I.U.T : Appartement de type T1 bis composée d'une pièce principale [...]

269 €

Dans le quartier du Faubourg : proche de l'IUT et des commerces : Apparteme[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir