Lévezou : du sanitaire à la ferme, une blouse pour chasser l’autre

Abonnés
  • "Aujourd’hui, je suis heureuse. Plus fatiguée qu’avant, mais plus heureuse !", explique  la jeune fermière.
    "Aujourd’hui, je suis heureuse. Plus fatiguée qu’avant, mais plus heureuse !", explique la jeune fermière. Repro CP
  • Du sanitaire à la ferme, une blouse pour chasser l’autre
    Du sanitaire à la ferme, une blouse pour chasser l’autre Repro CP
Publié le

Une quinzaine d’années en tant qu’agent hospitalier et aide soignante, puis l’arrivée du coronavirus… Aurélia Renard, 35 ans, a opté pour un changement de direction radical en devenant agricultrice sur le Lévezou.

Heureuse ! D’en finir avec un milieu qu’elle aura aimé, avant de détester, mais aussi d’assouvir son rêve de nature en travaillant en milieu agricole.Personne, pourtant, dans sa famille, n’a de lien avec l’agriculture et Aurélia Renard prendre elle-même dès le BEP la direction du sanitaire et social.Après le temps des études vient celui des premiers postes, notamment comme agent de service...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • ✓ Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • ✓ Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • ✓ Publicités limitées
Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?