Aveyron : quand Giscard remettait la Légion d'honneur à Jean-Claude Luche

  • La cérémonie a eu lieu en juillet 2011.
    La cérémonie a eu lieu en juillet 2011. DR
Publié le

En 2011, l'ancien président de la République avait accepté décoré le président du département.

C’est un honneur qui résume bien la simplicité de Valéry Giscard d’Estaing. En juillet 2011, l’ancien président avait accepté de remettre la Légion d’honneur à Jean-Claude Luche, alors président du Département. "J’ai eu la Légion d’honneur au 1er janvier 2011, se rappelle-t-il. Une fois que j’ai reçu la lettre de Sarkozy, je me suis demandé à qui je pouvais demander de me la remettre. C’est mon directeur de cabinet de l’époque qui m’avait suggéré l’idée de demander à Giscard. Je lui ai écrit et il a répondu aussitôt que ce serait un plaisir et qu’il serait en Aveyron début juillet."

Voilà donc comment les deux hommes se sont retrouvés à échanger à Saint-Geniez-d’Olt. Jean-Claude Luche se souvient encore du discours de l’ancien président: "Il était dactylographié, mais il avait ajouté à la main des mots supplémentaires. Ce discours avait marqué tout le monde. il était brillant."

"Il avait manié l’humour comme il savait le faire, en parlant de ces Aveyronnais “qui sont des Auvergnats aimables”"

Et avant comme après la cérémonie, Valéry Giscard d’Estaing s’était montré très accessible. "Avant la cérémonie, il avait passé du temps à s’intéresser au parcours de mes filles. Et après, il s’était attardé parmi nous, discutant avec mes proches, maniant l’humour comme il savait le faire, en parlant de ces Aveyronnais “qui sont des Auvergnats aimables”".

Si les deux hommes sont issus de la même famille politique, le parcours de Giscard président n’a pas vraiment eu d’influence sur celui de Jean-Claude Luche. "J’étais jeune, je ne m’intéressais pas forcément à la politique à ce moment-là, détaille-t-il. Mais je me souviens d’un président moderne, qui avait une manière différente d’agir et d’exercer le pouvoir. Dans ma vie politique j’ai toujours essayé, notamment au conseil départemental de changer les choses avec un brin de modernité."

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?