Millau : le club subaquatique se jette à l’eau pour la fin d’année

Abonnés
  • L’équipe de courageux a organisé une dernière sortie de 49 minutes dans une eau à environ 6 degrés.
    L’équipe de courageux a organisé une dernière sortie de 49 minutes dans une eau à environ 6 degrés. L. B. - LOIC BAILLES
Publié le

Des téméraires du club du Sud-Aveyron ont bravé le froid pour s’offrir une dernière sortie, dimanche.

À défaut d’un mercure positif, les retrouvailles sont chaleureuses en ce dimanche matin, au club subaquatique du Sud-Aveyron, derrière le stade de Millau. Une poignée d’adhérents se sont passé le mot pour une (rare) sortie de nage en eau vive, NEV comme ils disent dans le jargon. Après quelques boutades lancées aux uns et aux autres, une tasse de café ou de thé avalée, il est temps de charger les voitures d’équipements et prendre la direction des Vignes pour le dernier plaisir de l’année, "histoire d’éliminer la dinde de Noël", plaisante Jérôme. La température avoisine les moins deux degrés : pas de quoi refroidir les ardeurs de ces mordus. "C’est une période où nous sommes sûrs de trouver assez d’eau pour cette pratique, satellitaire du club, surtout axé sur la plongée et l’apnée", développe Cédric, plongeur depuis près de 20 ans. "Là, ce sont les profils les plus confirmés qui y participent, ajoute Olivier. Il faut aussi avoir du temps. Si la sortie en elle-même dure une heure environ, il faut en compter plusieurs entre le déplacement, le transport et la logistique." Avec des températures pareilles, il faut aussi prévoir plus largement pour mettre plusieurs couches de combinaisons. Lors de l’arrêt "vestiaire" sur le parking de la plage des Basaltes, à entendre gémir certains, quitter la doudoune pour le néoprène est un combat, contre les excès des fêtes mais aussi face à la morsure du froid.

Pisse chaude et savon

Contre la température négative, à chacun sa technique. Certains optent pour trois couches, contre deux pour d’autres. Pantalon, haut, chaussettes, bonnet, chaussures, combinaison supplémentaire, il faut parfois redoubler de ruse pour enfiler tous les accessoires comme le saupoudrage de talc ou utiliser de l’eau savonneuse, avant de se réchauffer avec une pause pipi. "Une fois dans l’eau, on a presque chaud, plaisantent ces passionnés. Certains ressortent la tête toute rouge. En revanche, ce sont les pieds qui morflent", concède Éric, directeur technique au sein du Codep 12 (lire ci-contre). Après 30 minutes de lutte, il est temps de reprendre la route quelques kilomètres en direction des Vignes. Nouvel arrêt, pour cette fois-ci, se mettre à l’eau.

Le flotteur a remplacé la bouteille d’oxygène pour cette sortie, accessoire indispensable avec le casque pour se protéger des chocs potentiels avec les rochers lors de passages de certains courants. Le mercure de l’air avoisine les 0°. "L’eau est plus chaude", rassure Cédric. Il n’a pas tort puisque les montres affichent une température comprise entre 5 et 7°. Une dernière invitation à les rejoindre déclinée et voilà le groupe qui suit le courant pendant près de 5,5 km pour moins de 50 minutes. En attendant la traditionnelle sortie plongée dans le bassin de Thau du 1er janvier pour commencer l’année "de la plus belle des manières".

Une année particulière pour le club

Fort de quelque 120 licenciés en 2019, le club subaquatique du Sud-Aveyron n’en comptabilise que 25 pour cette "année particulière", marquée par le Covid et ses confinements. Rodolphe Maljean, président du (Comité départemental de l’Aveyron en plongée sous-marine -Codep 12) et adhérent du club millavois, s’inquiète aussi de la nouvelle organisation autour de l’Agence nationale du sport. "Notre structure s’assurait de collecter les subventions pour faire vivre les clubs, explique-t-il. Là, on ne sait pas vraiment encore comment les choses vont se passer, ni si on va se retrouver perdant ou gagnant." Le club de Millau, vieux de 35 ans, fait partie des cinq structures aveyronnaises, avec Espalion, Rodez, Capdenac, et une équipe EDF. Il propose des formations sur trois niveaux avec quatre niveaux d’encadrement différents.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
loïc bailles
Voir les commentaires
L'immobilier à Millau

360 €

N772 - Superbe studio meublé, entièrement équipé, idéalement situé rue Arth[...]

360 €

N758 - A louer appartement T2 situé au 2ème étage avec ascenseur Résidence[...]

410 €

N413 - A louer appartement de T2 meublé situé au 2ème étage boulevard de la[...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?